28/03/2017

Vendredi 6 janvier, le candidat à la présidentielle a tenu un meeting à Nevers, où il a présenté devant plus de 1000 personnes ses propositions en matière de santé. L’une d’elles vise à prendre en charge intégralement l’optique, le dentaire et l’audioprothèse, sous certaines conditions. Cette proposition de remboursement optique à 100% souffre cependant d’approximations et se base sur certaines données erronées.

 

« Il faut que les Français puissent prendre soin, sans se ruiner, de leurs yeux, de leurs dents et de leur audition. S’agissant les lunettes, des prothèses dentaires et de l’audition, je fixe l’objectif de 100% de prise en charge d’ici 2022 », a annoncé Emmanuel Macron, sous un déluge d’applaudissements. Rappelant qu’un enfant mal ou non corrigé risque l’échec scolaire, que « des dents gâtées » ruinent les chances de décrocher un emploi ou encore qu’une personne âgée malentendante non équipée entre plus rapidement la dépendance, l’ex-ministre a souligné que « toutes ces petites économies qu’on fait aujourd’hui sur le dos des Français conduisent à des coûts économiques, sociaux ou sanitaires beaucoup plus importants des années à venir. Elles conduisent à des injustices intolérables, c’est pour cela que cette bataille est à la fois juste et efficace ».

 

Améliorer la concurrence et mettre « une pression » sur les fournisseurs

Pour atteindre cet objectif de prise en charge intégrale, Emmanuel Macron entend « responsabiliser davantage » les régimes obligatoires et complémentaires, et pas seulement. « Je veux que la Sécurité sociale travaille avec les mutuelles pour construire ensemble cette couverture à 100% pour toute la population mais en faisant baisser les prix. Parce qu’aujourd’hui en France, une prothèse auditive est 3 fois plus chère qu’en Allemagne ! Qu’est-ce qui le justifie ? Rien ! Parce que nous avons laissé certains s’organiser sur le dos de la population, parce que nous avons laissé trop peu de concurrence s’installer. Vous pouvez, en remettant de la juste concurrence, en mettant une pression sur certains producteurs de prothèses dentaires ou auditives, faire baisser les prix, retrouver un prix plus juste en protégeant mieux. Vous réconciliez, ce faisant, la liberté et la justice », a-t-il expliqué devant un parterre de citoyens. Sur son site Internet, il cite plus précisément l’exemple de l’optique : « En effet, la situation qui prévaut aujourd’hui, avec des prix très élevés pour ces prestations, est trompeuse car l’Assurance maladie rembourse très mal ces domaines. Ainsi, le tarif dit de « responsabilité » de l’Assurance maladie est de 7,42 €. C’est peu, pour se faire rembourser une monture et des verres correcteurs dont le prix de vente moyen est de 299 €… », précise-t-il. Il omet cependant de rappeler qu’il est possible, en France, d’acheter un équipement unifocal chez un opticien à partir de 29€, que les bénéficiaires de la CMU peuvent acquérir un équipement sans reste à charge ou encore que des dispositifs tels qu’Optique Solidaire (auquel participent des ophtalmologistes, des opticiens, des fournisseurs et des Ocam) permettent aux presbytes bénéficiant de l’ACS de s’équiper a très faible coût. 

 

Manque de rigueur

Notons que la promesse d’Emmanuel Macron manque encore de certaines précisions. En effet, le candidat n’explique pas sur quel tarif portera ce remboursement optique à 100% : le tarif opposable, les frais réels ? Ce qui bien sûr n’est pas du tout la même chose. En outre, l’ancien banquier a commis une erreur en évoquant des tarifs pour l’audioprothèse « 3 fois plus chers » en Allemagne : au contraire, les prix moyens outre-Rhin sont, selon une étude Alcimed reprise par l’Unsaf, supérieurs à ceux observés dans l’Hexagone, notamment sur l’entrée de gamme (1000€ en France contre 1100€ en Allemagne) et plus encore sur les appareils hauts de gamme (2000€ en France contre 2400 à 2600€ en Allemagne). Ce qui change entre les deux pays, et renchérit de fait le coût de l’audioprothèse pour les malentendants français, c’est le montant de la prise en charge du régime obligatoire, de 120€ en France contre 840€ en Allemagne. Les appareils ne sont donc pas 3 fois plus chers chez nous, ils sont juste 7 fois moins bien remboursés…