17/08/2017

Le 17 mars, GfK France a présenté au Club Inter-Optiques les résultats de ses statistiques pour le secteur de l’optique en 2016. Focus sur les principaux résultats, à retrouver de manière détaillée dans le prochain numéro de l’OL [MAG].

 

Les dépenses se stabilisent. Pour 2016, GfK évalue le marché total du secteur à 6,586 milliards d’euros, soit exactement au même niveau qu’en 2015.  En 2006, les dépenses se montaient à 5,49 milliards d’euros : le marché a ainsi progressé de 20 % en 10 ans, avec une rupture du rythme de croissance en 2011 : de 2006 à 2011, la hausse a été de +12,8 %, contre +6,3 % de 2011 à 2016.

 

Un parc de magasin étale et un CA par point de vente en repli. En 2016, la France comptait selon GfK 12 480 magasins d’optique, contre 12 460 en 2015, soit une légère progression de 20 unités. Compte tenu de la stagnation du marché, le CA moyen d’un point de vente est en léger recul de -0,2% à 527,7 k€ (vs. 528,6 k€ en 2015 et 529 k€ en 2014).

 

Les ventes de verres sont stables en valeur et progressent en volume. En 2016, les ventes de verres correcteurs en France se sont montées à 4 milliards d’euros, soit -0,1% par rapport à 2015. Au total, 38,9 millions d’unités ont été délivrées, ce qui représente une hausse de +2,3% en volume. Les verres des premières paires représentent 26,6 millions d’unités (-1,1%) vendues à un prix moyen de 141 €/verre (+0,6%) : 82 € pour un unifocal (+1 €) et 229 € (-3 €) pour un progressif. L’année 2016 a été marquée par un nouveau recul des MDD et des marques exclusives de verres, qui pèsent aujourd’hui 25% du marché en valeur, contre 27,6% en 2015 et 31% en 2014.

 

Le prix moyen des montures recule légèrement. En 2016, 16 millions de montures ont été vendues par les opticiens français (+2,1 %) pour un montant de 1,7 milliard d’euros (+0,5 %). Pour les premières paires, le prix moyen d’une monture est de 121 €, contre 119 € en 2015.

 

Le segment solaire reste relativement stable. En 2016, les ventes de solaires ont atteint 473,5 millions d’euros, en léger repli de -0,6 %. En volume, elles marquent un petit recul de -0,4 % à 5,6 millions d’unités, vendues à un prix moyen de 98 € par monture (comme en 2015).

 

« Il va falloir sortir de la politique de la vente produit et aller vers la vente conseil », a commenté Harro Lotz, président du Club Inter-Optiques, qui invite les opticiens à se spécialiser (sur la basse vision, l’enfant, etc) et à communiquer sur leur maîtrise de cette spécialisation.