J/July/2018

Face à la nouvelle salve d’attaques dans les médias grand public, un groupe d’opticiens a décidé de monter au front pour dire stop au lynchage médiatique.

 

C’est en réaction au reportage de France 2, dans l’émission Tout compte fait qu’a été créé au début du mois le groupe Facebook #justicepourlesopticiens qui regroupe aujourd’hui près de 900 opticiens. « Stop à ce lynchage médiatique. Nous n’avons pas su faire valoir notre rôle dans le parcours de santé de la vision. On ne nous écoute pas. Ce mouvement se veut être un mouvement de la base. Redonnons envie et plaisir à nos collaborateurs. Servons-nous de nos vitrines pour interpeller nos clients, nos voisins, nos élus, la presse locale… Pour pouvoir après échanger avec eux et leur expliquer ou ré-expliquer notre métier », détaillent ses administrateurs, les opticiens Laurent Suin et Florent Robaut.

 

Pour cela, ils mettent à la disposition des opticiens un sticker “Stop au lynchage médiatique” à imprimer et coller sur sa vitrine. Un tutoriel explique la manipulation pour créer son sticker. D’autres documents sont également disponibles comme l’étude Gfk sur les prix des équipements optiques dans les pays de l’Union européenne ou encore une fiche explicative à diffuser au niveau local pour rétablir certaines vérités.

 

Dans cette dernière, intitulée « Les gens renoncent à leurs lunettes… Pas nous » et signée Les opticiens d’en bas, ils expliquent entre autres la différence entre les marchands de lunettes et les opticiens de santé, le refus de la transmission des données de santé et rappellent entre autres que le « renoncement aux lunettes n’est pas du seul fait des opticiens, mais qu’il s’agit autant d’un problème d’accès à l’ophtalmologie ou d’accès à des tarifs de complémentaires raisonnables. D’autant plus que la grande majorité des opticiens de santé commercialise des offres de base à des prix très accessibles. »

 

« Notre but est de créer le dialogue au niveau local pour rétablir des vérités sur notre profession, en rassemblant les opticiens autour de leur diplôme. Pour l’heure, une quarantaine d’opticiens a collé le sticker sur sa vitrine et de nombreux autres sont en cours d’élaboration », explique Florent Robaut. « Nous avons également rencontré le journaliste de la Voix du Nord qui avait prétendu que les opticiens faisaient 4 000 % de marges dans un article récent pour lui présenter les faits. Et le journal a publié dans son édition d’aujourd’hui, un article sur l’optique qui recadre les choses. D’autres opticiens en France ont été contactés par la presse, après avoir mis le sticker sur leur vitrine. Nous préparons également un dossier de presse complet de plusieurs dizaines de pages qui couvre tous les aspects de l’activité des opticiens physiques : qui on est ? quel est le métier de l’opticien physique ? pourquoi il y a de nouveaux entrants ? mais aussi une présentation détaillée du marché de l’optique, la Loi Leroux, le reste à charge, les mutuelles, etc. Le but est de tout mettre sur la table de manière factuelle. Nous ne sommes pas opposés aux nouveaux entrants, dans tous les métiers le web est devenu une alternative, mais nous ne voulons pas que l’on crache sur un métier en inondant les médias de fausses vérités. Nous espérons finaliser ce dossier en janvier pour réaliser une belle impression et l’envoyer aux ministères, aux médias, aux syndicats, aux enseignes, ou encore à la Cnil puisqu’on parle des données de santé. Ils ne pourront plus dire qu’ils n’étaient pas au courant ! Notre démarche est désintéressée, sans accointance politique ou syndicale. Nous voulons juste lancer un élan pour que chaque opticien défende la façon dont on parle de sa profession et créer ainsi un effet de masse dans toute la France. »