19 / 10 / 2018

Qui n’a jamais entendu dire que les magasins physiques allaient disparaître avec l’avènement du commerce en ligne ? Si ce dernier a encore augmenté de 14,3 % en 2017 avec un résultat de 81,7 milliards d’euros, les Millenials restent encore très attachés aux magasins physiques. C’est ce que démontre l’étude de l’Observatoire Cetelem de la consommation 2018, sous le titre : « I like shopping », Millenials et magasins : la fracture est loin d’être consommée.

 

Cette étude compile les réponses de 13 800 sondés de 18 à 75 ans, issus de 17 pays européens, ainsi qu’un sur-échantillon de 3 400 individus de 18 à 34 ans (Millenials). En regardant plus spécifiquement les données qui concernent la France, on y apprend que le moral de nos compatriotes est en amélioration : ils donnent une note de 5,1 sur 10 à la situation générale actuelle de notre pays (en hausse de 0,7 % en un an). Même chose au niveau personnel avec une note qui passe de 5,4 à 5,7. Chez les Millenials, ces chiffres grimpent respectivement à 5,7 et 6,2. Ils sont 71 % à se déclarer optimistes par rapport à l’avenir. Un optimisme qui les pousse à consommer : 47 % des Européens se disent prêts à accroitre leurs dépenses dans les 12 prochains mois (54 % chez les Millenials). Mais où vont-ils les faire ?

 

Malgré ce que l’on pourrait croire, ils sont toujours attachés aux magasins : 57 % des Millenials européens pensent même que faire du shopping est un plaisir (contre 47 % pour l’ensemble de la population). Un chiffre qui monte même à 68 % en France. Pour autant, cette génération qui a toujours connu le numérique, intègre plus que la moyenne Internet dans son processus d’achat : 54 % achètent un produit sur le web après l’avoir vu en boutique, 56 % comparent le prix on line en étant en magasin, 44 % prennent des photos en magasin pour demander l’avis de leurs proches. Ils utilisent également les réseaux sociaux pour rester en contact avec les magasins qu’ils apprécient : 55 % les suivent sur les réseaux, 49 % regardent leurs vidéos, 36 % leur posent des questions. Physique et digital coexistent donc.

Pour l’instant. Car 72 % d’entre eux estiment que les magasins auront fortement changé dans 10 ans et 42 % pensent même qu’ils n’existeront plus.

Qu’est-ce qu’ils attendent des magasins physiques ? Qu’ils offrent des produits originaux (80%), qu’ils soient beaux et originaux (76 %), qu’ils aient des horaires d’ouverture plus larges (71%), qu’ils proposent des offres personnalisées en temps réel pendant les visites sur leurs smartphones (66 %) et qu’ils proposent des expériences ludiques/sensorielles surprenantes (61 %).