19 / 09 / 2018

Le Gifo (Groupement des industriels et fabricants de l’optique) réitère clairement son opposition au projet relatif à la mise en place d’une offre sans reste à charge dans le secteur.

 

Dans un communiqué, le Gifo déclare s’inscrire dans une démarche d’amélioration de l’accès aux soins par la mise à disposition d’une offre qualitative sans reste à charge pour tous, mais dénonce les effets néfastes qu’aura la réforme telle qu’elle est prévue aujourd’hui, notamment en raison de trois de ses points-clés : le renouvellement de l’équipement porté à trois ans, l’éventuelle baisse des plafonds de remboursement pour le reste du marché et la mise en place d’une nomenclature de produits beaucoup trop restrictive.

 

Selon le Groupement, la tarification du panier de soins « RAC 0 » exclurait la quasi-totalité des industriels français au travers d’une tarification trop basse. Par ailleurs, la baisse des plafonds de remboursement et l’allongement de la durée du renouvellement auraient pour conséquences « une casse de l’emploi industriel en France et une baisse générale de la qualité des produits délivrés par le développement d’offres « low cost » ne disposant pas des dernières innovations technologiques, voire des exigences techniques et sanitaires requises ». Enfin, la nomenclature prévue à ce jour risque de se traduire par une surpondération des produits à haut indice, « ce qui aurait pour conséquences une inadéquation des produits délivrés par rapport aux besoins réels des porteurs et la mise en place d’une médecine à deux vitesses ».

 

Le Gifo a rappelé au ministère que les mesures proposées ne contribuent en rien à l’objectif initial de la réforme, à savoir améliorer l’accès aux soins et lutter contre le renoncement en optique. « Les aspects essentiels que sont l’information, la transparence sur les offres existantes, la prévention, le signalement ou encore l’accès à l’ophtalmologiste sont totalement mis de côté », regrette-t-il. Dans ce contexte, le Gifo martèle ses propositions initiales pour une mise en œuvre équilibrée de la réforme, à savoir :

– un panier « RAC 0 », composé de verres 1,5/ 1,59 avec traitement anti-reflets, permettant à chacun de disposer de verres de qualité et esthétiques ;

– une communication de cette offre à travers la proposition systématique de deux devis au consommateur, dont un devis « RAC zéro »  ;

– ne pas repousser le droit au renouvellement à trois ans ;

– le maintien des plafonds de remboursement dans les niveaux actuels ;

– l’accélération de la dynamique de délégation de tâches aux opticiens diplômés, sous le contrôle de l’ophtalmologiste.