RAC 0 : La Fnof convie tous les opticiens à une réunion à Paris le 25 avril - L'OL MAGL'OL MAG
J/August/2018

Cette rencontre aura lieu à l’issue de la dernière réunion de la concertation au ministère de la Santé. Elle est ouverte à tous les opticiens, adhérents ou non du syndicat.

 

La réunion organisée par la Fnof se tiendra de 16 h à 22 h sous un format nouveau, avec des tables rondes pour expliquer les tenants et les aboutissants du projet RAC 0, et débattre de ses risques et de ses enjeux. Elle se déroulera à l’Espace Van Gogh, 62 quai de la Râpée, 75012 Paris. Pour s’y inscrire, cliquez ici.

 

Au même moment une manifestation se tiendra devant le ministère sous l’égide de Florent Robaut, regroupant une quarantaine de personnes pour des raisons de sécurité. Son mouvement #justicepourlesopticiens appelle la profession à se mobiliser ce 25 avril pour exprimer son opposition à la réforme souhaitée par le gouvernement, via la pose d’affiches dans les magasins, la distribution de tracts au client, le partage de la vidéo de Henri Laisne, la signature de la pétition lancée par Yann Toledo « Non à la fausse promesse des lunettes 100 % remboursées » sur Change.org et l’envoi de courrier aux élus et de lunettes cassées au président de la République.

 

Rappelons que, suite à l’action des syndicats, le projet actuel prévoit un remboursement de l’équipement optique RAC 0 tous les deux ans, et non plus tous les trois ans comme cela était initialement prévu. Il prévoit une double grille LPP : pour l’offre RAC 0, les opticiens devront fournir des verres antireflets avec un indice fonction de la puissance au-delà de -4/+4 D ; cette double obligation ne concernera pas les équipements vendus hors RAC 0. Pour les équipements unifocaux, le panier RAC 0 devrait être fixé à 90 euros, et à 190 euros pour les équipements progressifs.

 

« Cette réforme aura des impacts considérables au niveau de la branche. Le gouvernement en est conscient, c’est pourquoi il nous propose dès le mois de mai de rentrer dans un cycle de réunions portant sur l’avenir de la filière, son rôle, son organisation. La Fnof a donc été entendue quand elle disait que le RAC Zéro ne pouvait pas exister sans une réforme de la filière, sans parler de délégations de tâches, de nouveaux modes de rémunération », déclare Alain Gerbel, président de la Fnof, qui a par ailleurs été interrogé par la Cour des comptes dans le cadre de la préparation d’un rapport sur la filière, notamment sur le rôle de l’opticien dans la prise en charge des patients.