24 / 10 / 2021

Invité hier 22 septembre sur Europe 1 Dimanche Soir, Philippe Peyrard, directeur général délégué d’Atol, a souligné les effets pervers du système de prise en charge des Ocam et suggéré une nouvelle approche.

 

Dans la lignée de ses récentes interventions dans les médias suite à la publication du rapport de la Cour des comptes, Philippe Peyrard a rappelé que, si les dépenses d’optique sont plus importantes en France que dans les autres pays européens, c’est en raison d’un taux de TVA plus élevé et d’une qualité d’équipement supérieur. Il a également souligné, en réponse aux attaques récurrentes contre les marges des opticiens, qu’un équipement a une durée de vie de plusieurs années, et que son SAV est gratuit, ce qui n’est pas le cas dans de nombreux autres secteurs.

Philippe Peyrard a par ailleurs déclaré que «le fonctionnement du système de remboursement pose problème», les complémentaires santé visant, pour séduire les adhérents, le «zéro reste à charge», en augmentant les tarifs de cotisation et leurs frais de gestion. «Je suis partisan que les Ocam remboursent un service médical rendu», a-t-il expliqué, en estimant qu’il serait «normal que les consommateurs puissent prendre dans leur porte-monnaie s’ils souhaitent des lunettes de marque.»