16 / 05 / 2022

Le portail Carte Blanche fermera le 1er novembre 2013 : à cette date, les opticiens membres du réseau ouvert devront transmettre leurs flux de prises en charge par leur logiciel point de vente, en utilisant la norme OptoAMC, sous peine de voir leur partenariat résilié. Les adhérents OpticLibre sont préparés à cette mutation.

La centrale explique avoir créé, il y a trois ans, un département tiers-payant pour répondre aux demandes des opticiens en la matière et participé à la mise en place des flux automatisés OptoAMC avec les principaux éditeurs de logiciels du marché. De fait, les adhérents OpticLibre effectuent déjà leurs prises en charges Carte Blanche depuis leur logiciel magasin. «Nos opticiens peuvent réaliser des dossiers automatisés de tiers-payant (prise en charge + facturation) auprès de plus de 120 complémentaires-santé, et ceci dans le respect de la confidentialité des données prescrite par la Cnil», explique la centrale. Pour son président Jean-Luc Sélignan, ce procédé est «un outil de simplification administrative, de rapidité de la prise en charge et du paiement, donc un outil d’amélioration de la productivité en magasin, seule voie de maintien de la profitabilité face à des chiffres d’affaires par magasin stables et des marges brutes déclinantes.»