16 / 05 / 2022

L’association a participé à la réunion du 9 novembre, réunissant plusieurs organisations de professionnels de santé à l’hôpital Cochin (UFML, FSL, MG, Le Bloc…). Elle propose de rejoindre le mouvement général du 2 décembre, qui vise à protester contre la politique de santé menée par Marisol Touraine.

«Le 2 décembre, nous proposons une journée de mobilisation physique avec un regroupement de tous devant une tente blanche où se tiendra une conférence de presse annonçant la semaine d’arrêt et demandant une concertation nationale avec tous les acteurs de la santé. Les responsables de la politique de santé de notre pays doivent prendre la mesure du mouvement qui se prépare et l’ampleur des conséquences d’un tel mouvement d’union. Parallèlement, les professions médicales appelleront à un arrêt total de télétransmission durant une période encore indéterminée à dater du 02/12. Pour les opticiens aucune action commune n’est envisageable ni envisagée. Les médecins en sont conscients et acceptent notre association comme représentant de l’optique en tant que première profession touchée par les réseaux», explique l’association née du groupe Facebook «Les opticiens ne sont pas des pigeons.»

«De par sa nature, l’objet d’un réseau de soins est de négocier le montant d’un acte et d’incorporer en amont de la chaîne de soins une contrainte financière. A partir du moment, où la contrainte apparaît dès le début de la chaîne de soins, le praticien se détachera en partie de son objectif premier qui est de soigner et se préoccupera également de la rentabilité de l’acte. Aujourd’hui, seuls les domaines des prothèses auditives, des soins dentaires et de l’optique sont concernés par les réseaux et on peut parfaitement entendre l’argument selon lequel il y a besoin de régulation dans les tarifs de ces prestations même si tout cela est contestable par ailleurs… Mais quid de la prise en charge demain de certains soins de ville courants, après-demain du traitement des cancers ? » expliquent les OLU.