16 / 05 / 2022

Alors que la France s’oppose à l’utilisation de l’Avastin, jusqu’à 30 fois moins cher que le Lucentis, dans le traitement de la DMLA, les juges européens estiment que son reconditionnement en seringues ne pose pas de problèmes.

 

Un arrêt de la Cour de justice européenne rendu le 11 avril 2013, récemment relayé par la presse médicale, estime que reconditionner l’Avastin en seringues pour l’injecter dans les yeux n’engendre pas de «modification du produit médicamenteux» et ne nécessite donc pas une nouvelle autorisation de mise sur le marché. Pour le moment, cette décision n’a pas été prise en compte par les autorités sanitaires françaises, qui autorisent seulement le Lucentis comme traitement de la DMLA. Ce dernier a coûté 389 millions d’euros à la Sécurité sociale en 2012 : une injection revient à 800 euros, contre 30 à 50 euros pour l’Avastin.