29 / 01 / 2022

Pour élaborer le verre « préventif » Crizal Prevencia, Essilor s’est associé à l’Institut de la Vision afin de mettre au point un protocole inédit : un test in vitro d’exposition lumineuse à criblage étroit sur des cellules rétiniennes (EPR) a permis d’établir la nocivité des rayons, en fonction de leur longueur d’onde, et d’identifier la partie du spectre lumineux nocive pour la rétine.

 

Ce test a permis de découvrir que les longueurs d’ondes entre 415 et 455 nm (correspondant au bleu-violet) sont les plus nocives pour les cellules rétiniennes cibles, incriminées dans le processus d’apparition de la DMLA. « Les résultats de cette étude sont le fondement même de l’élaboration du filtre photo-protecteur et photosélectif Crizal Prevencia », rappelle Essilor.

 

Les résultats viennent de faire l’objet d’une  publication reconnue dans le monde scientifique  « Phototoxic action spectrum on a retinal pigment epithelium model of age-related macular degeneration exposed to sunlight normalized conditions » ; Arnault E. et al (2013) PLoS ONE.

 

Ci-dessous, le film de la R&D d’Essilor :