6 / 12 / 2021

Dans une lettre commune qui sera publiée le 14 décembre, les dirigeants des trois enseignes plaident en faveur du modèle coopératif en optique.

 

Un modèle «responsable, vertueux, démocratique et innovant» : voici comment Eric Plat, PDG d’Atol, Christophe Lemesle, président de Krys Group et Didier Papaz, président d’Optic 2000, qualifient les coopératives d’opticiens. «Notre modèle parfois méconnu, souvent mésestimé, n’en finit plus de faire ses preuves, en termes de responsabilité économique, de qualité de services, de créations d’emplois et d’innovations», soulignent-ils dans dans une lettre visant à répondre «aux caricatures sur le métier d’opticien.»

 

Les trois dirigeants rappellent former à eux tous «plus de 7000 collaborateurs chaque année, employer 15 000 collaborateurs et recruter en permanence. Nos groupements pérennisent près de la moitié de 10 000 emplois directs de l’industrie de la lunetterie française.» Le courrier, qui sera publié le 14 décembre dans la majorité des supports de la presse quotidienne régionale, souligne que les opticiens des enseignes coopératives sont «affranchis du diktat de quelques actionnaires motivés par le seul attrait de récupérer leurs dividendes rapidement et sont tous copropriétaires des coopératives et associés à chaque décision.»

 

Enfin, sur le sujet du renoncement aux soins optiques, la lettre précise que les trois groupements proposent, dans leurs 3 400 points de vente, «le tiers-payant depuis plusieurs années, une grande variété d’offre à des prix adaptés à tous les budgets, ainsi qu’une qualité de service associant accueil, écoute, conseils et choix adapté d’un équipement de qualité.»