26 / 01 / 2022

L’Assemblée nationale a débuté hier après-midi, en 2ème lecture, l’examen du projet de loi sur la Consommation, qui entend notamment favoriser la vente de lunettes sur Internet. Le ministre Benoît Hamon a rappelé à cette occasion les avantages de ce mode de distribution.

 

Rappelant que le « coût moyen d’un équipement est de 300 euros en unifocal et de 580 euros en progressifs », le ministre a souligné que « 3 millions de Français y renoncent faute de moyens. » C’est pourquoi, via le projet de loi sur la Consommation, le gouvernement «a voulu ouvrir davantage la distribution de lunettes à la grande distribution en sanctuarisant malgré tout un authentique parcours de soins.» Le texte et les amendements soutenus par le ministre proposent ainsi «une primo-délivrance des verres et des lentilles par prescription médicale. Nous faisons en sorte que la mention de l’écart pupillaire soit inscrite sur l’ordonnance afin de s’équiper plus facilement en ligne. Nous savons que nous ferons baisser considérablement le prix des lunettes pour les Français. Le gain estimé est d’1 milliard d’euros, ce n’est pas rien», a justifié Benoît Hamon.

 

« Les réseaux physiques seront demain leaders sur Internet »

 

Le ministre a précisé que, si le prix élevé des lunettes en France se justifie par la qualité de service d’un «formidable réseau d’opticiens, des économies peuvent être réalisées notamment par la distribution en ligne. Les réseaux physiques qui sont aujourd’hui leaders sur la distribution de lunettes seront demain des leaders aussi sur Internet. Il y a là un développement évident pour un certain nombre de grands opérateurs», a-t-il ajouté.

 

Les articles relatifs au secteur de l’optique devraient être débattus aujourd’hui 10 décembre.