10 / 08 / 2022

A une semaine de l’ouverture des débats en 2ème lecture au Sénat sur la loi sur la consommation, le Snof (Syndicat national des ophtalmologistes de France) adresse une lettre ouverte aux sénateurs pointant les dangers de l’article 17 quater dans sa rédaction actuelle.

 

Pour Jean-Bernard Rottier, président du Snof, «les sénateurs tentent de sacrifier la filière de soins visuels au profit du marché de l’optique. Le texte de loi adopté par la Commission des affaires économiques du Sénat réintroduit des dispositions inquiétantes pour la santé visuelle des Français, dispositions que les députés avaient abandonnées. C’est un vrai retour en arrière et nous regrettons que la vue des Français soit inconsidérément menacée dans le seul but de “dynamiser” le commerce d’équipements optiques.»

 

« Les ophtalmologistes ne consacreront pas 30 minutes par jour à l’écart pupillaire »

 

Dans un courrier adressé hier 20 janvier aux sénateurs, le syndicat revient notamment sur la mesure de l’écart inter-pupillaire, imposée par le texte aux ophtalmologistes, qui «risque d’aggraver la pénurie de médecins alors même que les opticiens sont disponibles et parfaitement qualifiés pour réaliser cette mesure : elle consomme 2-3 minutes par patient, soit 30 minutes par jour et par praticien. Multiplié par 10 millions d’ordonnances de lunettes par an, cela équivaut à monopoliser plus de 200 équivalents temps plein d’ophtalmologistes. Ou, pour le dire autrement, à supprimer 2 ophtalmologistes par département, en pleine pénurie ! ».» Le Snof s’inquiète aussi de l’extension de la validité de l’ordonnance à 5 ans,  «laissée à la libre appréciation de l’opticien, qui menace le dépistage de la population actuellement permis par un suivi régulier. Quelle est l’étape suivante : supprimer la nécessité de l’ordonnance ainsi que tout dépistage précoce des maladies oculaires ?»

 

« Des mesures déconnectées de la santé publique »

 

Pour Jean-Bernard Rottier, les sénateurs font «fausse route.» «Alléchés par la promesse d’un vendeur de lunettes en ligne, qui vous fait miroiter le chiffre insensé d’« 1 milliard d’euros de pouvoir d’achat rendu aux Français », il me semble que vous avez perdu tout sens critique», leur écrit-il. En ajoutant : «vous voulez utiliser notre caution médicale pour valoriser une solution de vente en ligne qui va détruire le secteur de l’optique traditionnelle, que vous ne parvenez pas à réguler. Or, pour diminuer le coût des lunettes, des mesures simples existent. Interdire la publicité, par exemple, permettrait d’économiser 60€ par équipement ! (soit « 600 millions de pouvoir d’achat rendus aux Français », puisque l’heure est aux calculs inconsidérés). Vos mesures sont déconnectées de la santé publique et de la réalité de terrain ;  nous ne manquerons pas de le faire savoir à nos patients, qui sont vos électeurs» , conclut le courrier. 

 

La loi sur la consommation sera débattue en seconde lecture au Sénat les 27 et 28 janvier.