6 / 07 / 2022

C’est par ces mots rassurants que Philippe Verplaetse, président de l’Association des optométristes de France, a entamé la dernière conférence du Congrès d’Optométrie et de Contactologie, qui se tenait les 26 et 27 janvier à Paris. L’événement regroupait conférences, ateliers et une exposition présentant les derniers services et nouveautés des fabricants.

 

Selon Philippe Verplaetse, face à la proportion de spécialistes excessive et coûteuse et à la diminution des médecins spécialistes, notamment en raison de la pyramide des âges, l’optométrie serait la seule solution pour répondre aux besoins de santé. Pour contrecarrer les attaques dont la profession d’opticien est actuellement l’objet, le président de l’AOF voit en l’optométrie «la seule évolution positive, le seul outil de valorisation du métier.» Il voit d’ailleurs à court terme, l’opticien opticien-optométriste comme l’un des meilleurs «référents pour l’ophtalmologiste et l’orthoptiste

Précisant que de nombreux députés et sénateurs oeuvrent pour la réglementation de la profession, qu’il estime «proche, désormais», Philippe Verplaetse a précisé que «cette évolution implique une rationalisation de l’exercice professionnel, liée à une formation continue.» Des guides de bonnes pratiques seront prochainement proposés aux organismes de tutelle «pour une coopération systématisée et réglementée» avec les autres professionnels de la vue.

 

Agir pour une réglementation rapide

Pour soutenir cette réglementation, Philippe Verplaetse a demandé aux congressistes «de parler de l’optométrie aux politiques, aux patients, à tous ceux qui s’interrogent sur la profession, aux médias, aux organismes de l’assurance maladie. Chacun doit se sentir impliqué dans la démarche de la reconnaissance. L’AOF vous apportera sa logistique. Soyez moteurs, solidaires, les acteurs de la profession de demain