8 / 08 / 2022

Hier 12 février, le Sénat a adopté les conclusions de la commission mixte paritaire sur le projet de loi relatif à la consommation, qui ne prévoit pas finalement de rallonger à 5 ans le délai pendant lequel les opticiens peuvent adapter la prescription de leurs clients de plus de 16 ans. Mais cette éventualité reste d’actualité.

 

Les nombreuses tentatives visant à rallonger de deux ans, dans le cadre du projet de loi Hamon, le délai de validité des ordonnances de verres correcteurs ont toutes échoué. En effet, les ophtalmologistes ont fait front contre cette mesure qui, selon eux, aurait pénalisé le suivi des patients et menacé leur santé visuelle. Mais cette possibilité pourrait bientôt être remise sur la table de nos élus. «Le relèvement de trois à cinq ans de la durée de validité des ordonnances de verres correcteurs n’a pas été retenu ; nous y reviendrons dans des textes ultérieurs», a en effet déclaré hier soir Alain Fauconnier, co-rapporteur du projet de loi pour le Sénat de la commission mixte paritaire.

Egalement présent lors du dernier débat sénatorial sur ce texte, le ministre de la Consommation Benoît Hamon a rappelé que cette loi «fera baisser significativement le prix des lunettes, mais sans porter préjudice aux industriels français.» Rappelons en effet que son article 17 quater entend faciliter le développement de la vente de lunettes sur Internet qui, selon le gouvernement, fera économiser plus d’1 milliard d’euros aux Français.

Le texte sera examiné aujourd’hui une dernière fois par l’Assemblée nationale, qui devrait elle aussi adopter définitivement le texte élaboré par la commission mixte paritaire.