29 / 01 / 2022

«DMLA. N’attendez pas de la voir pour vous faire dépister », alerte la campagne des 8èmes Journées nationales d’information et de dépistage de la DMLA, qui se clôture vendredi 27 juin.

 

Ces Journées sont organisées par l’Association DMLA, en partenariat avec la Société française d’ophtalmologie (SFO), le Syndicat national des ophtalmologistes de France (Snof), les laboratoires Novartis, Bayer, Théa, ainsi qu’Hoya. La campagne rappelle que « face à une DMLA, il est urgent de ne pas attendre : moins d’une semaine doit s’écouler entre le début des symptômes et la consultation d’ophtalmologie. Plus les jours passent, plus le risque de baisse d’acuité irrémédiable augmente. » La population est sensibilisée aux signes d’alerte : chute de la vision (acuité, contrastes), sensation d’assombrissement (nécessité d’intensifier l’éclairage pour lire), brouillard ou flou visuels, ternissement des couleurs, déformations visuelles (métamorphopsies) repérables sur des lignes droites, perception d’une tache (scotome) au centre de la vision, lettres manquantes dans un texte, difficultés à distinguer les détails, etc.

Depuis lundi 23 juin et jusqu’à vendredi 27 juin, des ophtalmologistes (libéraux et hospitaliers) reçoivent, sur rendez-vous, les personnes de plus de 55 ans (non suivies ou n’ayant pas bénéficié d’un examen depuis plus d’une année) qui souhaitent bénéficier du dépistage. Un examen du fond d’œil permettra de repérer des individus qui souffrent déjà d’une DMLA sans le savoir ou dont le risque de développer la maladie est élevé, afin de leur proposer au plus tôt un traitement et/ou des mesures préventives ainsi qu’un programme de surveillance adapté.

Pour connaître la liste des praticiens et services participants : www.journees-dmla.fr ou par téléphone 0800 00 24 26 (Numéro vert).  

 

Rappelons que la DMLA touche près d’un million de personnes en France. Les experts prévoient que ce chiffre doublera au cours des vingt prochaines années en raison de l’augmentation de l’espérance de vie. Cette pathologie oculaire est la première cause de cécité légale (acuité visuelle de 1/20) et de malvoyance chez les plus de 50 ans dans les pays développés.