17 / 05 / 2022

Cette dernière semaine, pas moins de huit députés ont interpellé la ministre de la Santé sur les frais d’optique et ses intentions en la matière.

 

Les députés Jacques Cresta Michel Liebgott incriminent tout particulièrement l’industrie : « les opticiens expliquent le coût des lunettes par une politique de prix des fabricants européens. En effet, il semblerait que les fabricants européens de lunettes fassent varier les prix d’achat pour les opticiens en fonction du revenu moyen des habitants du pays », suggèrent-ils, en demandant à Marisol Touraine « si cette information est exacte et quelle est la position du Gouvernement sur cette question. »

 

Alain Chrétien revient quant à lui sur les propos de la ministre relatifs à la future grande loi de santé. Il « s’interroge notamment sur la manière dont le Gouvernement compte garantir aux personnes modestes des prix accessibles pour les produits de santé tels que les lunettes » et lui « demande de bien vouloir indiquer le mode de financement relatif aux mesures prévues par le projet de loi santé. »

 

Enfin, Alain Moyne-Bressand, Catherine Quéré, Arnaud Richard, Philippe Bies et Paola Zanetti attirent quant à eux, sur la base de la récente enquête Que-Choisir, l’attention du gouvernement sur « la faible transparence des prix de l’optique et la persistance des fraudes à la complémentaire santé », qui renchérissent les cotisations des Ocam. Ils critiquent le projet de plafonnement des remboursements qui se traduirait à court terme « plutôt par une hausse du reste à charge pour les consommateurs aux corrections visuelles les plus fortes. Afin d’agir sur les surcoûts liés aux marges des opticiens, il importe de généraliser, de manière encadrée, les réseaux de soins. » Ces élus demandent ainsi à Marisol Touraine quelles « mesures le gouvernement compte prendre pour s’attaquer aux coûts de l’optique et accroître l’accès financier aux soins. »