30 / 09 / 2022

Le salon E-Commerce Paris ouvre ses portes ce matin à Paris Expo – Porte de Versailles. Pendant 3 jours, 500 sociétés accueilleront 30 000 visiteurs professionnels. A l’occasion de ce rendez-vous, Jérôme Letu-Montois, directeur du salon, fait le point sur l’évolution des modes de consommation qui tendent résolument vers le cross-canal et la digitalisation des points de vente.

 

La notion d’e-commerce « pur et dur » est-elle dépassée ?

Auparavant, on opposait effectivement le commerce classique et le e-commerce. Mais c’est du passé. Aujourd’hui, 94% du chiffre d’affaires du commerce de détail est encore fait en point de vente. De plus en plus, Internet et magasin physique rejaillissent l’un sur l’autre au profit du consommateur, qui se pose en grand gagnant de cette évolution. Le client d’aujourd’hui est multi-écrans, multi-critères, il se documente, compare… La question ne se pose donc plus : il faut être présent sur tous les canaux, et il n’y a aucune raison pour que les opticiens ne suivent pas ce mouvement, qui révolutionne le commerce.

 

Cette vogue du cross-canal marque-t-elle la fin du modèle pure-player, notamment pour le secteur de l’optique ?

Compte tenu des spécificités de ce marché, il est évident que le modèle gagnant est le cross-canal car le client plébiscite le commerce de proximité et, quand il s’agit de lunettes, il a généralement besoin de les voir, de les essayer. Pour preuve, plusieurs pure-players du secteur ouvrent de points de vente physiques, comme la marque d’optique américaine Warby Parker ou, en France, Direct-Optic. Ces enseignes mettent en place des magasins « connectés », c’est une stratégie intelligente.

 

Quels sont les principaux atouts du commerce connecté ?

En mettant par exemple des bornes interactives dans leur point de vente ou en utilisant des tablettes, les commerçants, comme les opticiens, peuvent proposer au consommateur une offre pléthorique – par exemple des collections complètes – qu’il serait impossible de présenter physiquement. Cette digitalisation peut aussi intégrer des outils d’aide à la vente efficaces, comme les applications d’essayage virtuel ou simulant les propriétés des verres à valeur ajoutée. Le cross-canal, qui implique également une présence sur le web, pour y vendre et/ou présenter son offre, développe aussi le trafic dans le magasin et sa notoriété.

 

Les indépendants ont des moyens beaucoup plus limités que les enseignes pour développer une stratégie cross-canal et s’assurer une bonne visibilité sur le web. Ne risquent-ils pas de rester sur la touche ?

Même si cela est effectivement plus compliqué pour eux, ils doivent s’adapter, travailler ensemble, s’adosser à des solutions qui leur permette de faire du e-commerce, créer pourquoi pas des sites communs… Demain, on pourra à la fois être un commerçant « physique », indépendant et avoir une politique de communication digitale.

 

Innovation Store, le magasin de demain

Le salon E-Commerce présentera l’Innovation Store élaboré par Cegid et ses partenaires. Présenté comme le « top » du magasin connecté, il mettra en scène les dernières nouveautés logicielles, technologiques, marketing et matérielles pour les points de vente. Ce magasin du futur présentera notamment une solution d’identification du client, qui se signale depuis son smartphone, une application embarquée sur le terminal mobile du vendeur qui lui permet de prendre en charge le consommateur de A à Z, des bornes tactiles pour se prendre en photo ou obtenir de l’information complémentaire sur les produits, une vitrine interactive ou encore un outil permettant d’écouter, d’analyser et d’animer les clients sur le web et les réseaux sociaux afin de personnaliser la relation et récompenser les plus influents.

 

Le commerce connecté en pratique à travers 330 prises de parole
L’édition 2014 du salon E-Commerce a pour fil rouge le développement à l’international et propose un cycle de conférences sous différents formats : plénières, keynotes, sessions spéciales et « rookies sessions. » Les problématiques de  l’e-commerce, du cross-canal, du commerce connecté et du développement à l’international y seront traitées, notamment les questions relatives au Big Data, à la protection des données personnelles, au comportement des consommateurs sur le web social et mobile, et aux objets connectés. Des « boîtes à outils » (Ateliers solutions, Academy et Masterclass en petits groupes) sont également proposées sur des thématiques pratiques pour mieux utiliser les outils analytiques proposés par Facebook, Twitter et Google, améliorer l’expérience client, recruter et fidéliser les consommateurs, etc.