30 / 06 / 2022

Dans un communiqué, l’Union des opticiens (UDO) s’étonne de « voir différents groupes se manifester au lieu et place des syndicats qui sont les instances représentatives auprès des ministères de tutelle. » Alors que le ministère de la santé affirme garder la main sur la santé visuelle et se donne environ 3 mois pour élaborer, avec les différents acteurs, un plan visant à réduire les délais d’attente, l’organisation appelle les autres syndicats à la concertation.

 

« Comment aujourd’hui, certains peuvent faire semblant de ne pas comprendre la position de l’UDO, qui défend la complémentarité de l’ophtalmologiste et de l’opticien-optométriste ? Le gouvernement, à travers la partie optique du projet de loi sur les professions réglementées (qui vise à créer la profession d’optométriste, ndlr), souhaite faciliter l’accès aux soins oculaires pour les Français avec sécurité et un coût maîtrisé, saluons cette proposition et œuvrons pour réussir. L’UDO s’est toujours opposée à la création d’une 4ème profession d’optométriste. Elle milite pour que le dépistage reste de la compétence médicale. Elle réaffirme son attachement à l’évolution de la profession d’opticien vers l’opticien-optométriste. A partir d’une formation solide et déjà existante, elle permet à la fois de résorber le problème du désert oculaire dans notre pays, d’harmoniser nos études sur le modèle européen (LMD) et de faire économiser plus de 360 millions d’euros à nos concitoyens, à la Sécurité sociale et aux complémentaires santé », souligne le communiqué. Dans ce contexte, l’UDO « appelle à une concertation de toute la filière visuelle et a convié tous les syndicats. »