30 / 06 / 2022

Selon une étude réalisée par LH2 pour le CISS (Collectif interassociatif sur la santé), seuls 11% des Français déclarent avoir déjà pensé à recourir à des soins médicaux à l’étranger (19% dans les départements frontaliers), surtout pour des soins dentaires.  

Aller se faire soigner à l’étranger est une pratique très minoritaire au sein de la population française : seulement 2% déclarent avoir déjà planifié et pratiqué des soins en dehors de nos frontières. Ceux qui ont déjà pensé à le faire (11% des sondés) y songent avant tout pour les soins dentaires (67% d’entre eux). L’ophtalmologie arrive en seconde place loin derrière (26%, mais 44% des frontaliers), mais devant la chirurgie esthétique (10%).

Leur principale motivation est économique : c’est très majoritairement le coût qui pousse certains Français à envisager la possibilité de se faire soigner à l’étranger (66% de ceux qui y ont déjà pensé évoquent un moindre coût des soins) et, dans une moindre mesure, les délais d’attente (31% citant des délais plus courts qu’en France, mais 43% des frontaliers).

La grande majorité des patients qui n’envisagent pas de se faire soigner à l’étranger (89%) évoquent notamment la question de l’après-soins (pour 36% d’entre eux), la difficulté de recours en cas d’accident médical (24%), mais aussi l’attachement au système de santé français (pour 31%). 37% n’en ont jamais éprouvé le besoin.

 

*Enquête réalisée par LH2 pour Le CISS auprès d’un échantillon de Français de 1224 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et interrogés par Internet les 8 et 9 octobre 2014.