16 / 05 / 2022

Selon l’observatoire Krys Group / Ipsos sur les soins oculaires et l’achat des lunettes des Français, « les porteurs discernent avec difficulté leur intérêt dans les mécanismes de remboursement des frais d’optique » face au développement des réseaux de soins. Par ailleurs, le décret plafonnant les remboursements optiques reste mal connu de la population.

 

Le sondage montre que 58% des porteurs restent convaincus que la première motivation des Ocam dans la recommandation d’opticiens reste le souci de leur propre équilibre économique. Seuls 23% estiment que le but est de faire baisser le prix des lunettes et 10% celui des cotisations. Aussi, 66% d’entre eux sont défavorables à un moindre remboursement des lunettes en cas d’achat chez un opticien non agréé par leur mutuelle. Ils sont également 68% à juger que les critères utilisés dans le choix des opticiens des réseaux de soins ne sont pas clairs et 60% à penser que les Ocam ne sont pas légitimes à jouer un rôle dans le choix de leur opticien. Ce chiffre monte à 65% quand il s’agit du choix des verres ou des montures. « Enfin, 51% témoignent de leur volonté de rester malgré tout chez leur opticien, s’ils découvraient que celui-ci ne faisait plus partie du réseau de leur mutuelle », note Krys Group.

Par ailleurs, les sondés sont partagés sur le fait que leur mutuelle a d’ores et déjà mis en place ou pas un réseau fermé d’opticiens : 40% affirment qu’elle l’a fait, 44% que ce n’est pas encore le cas et 16% avouent ne pas vraiment savoir ce qu’il en est. Dans tous les cas, plus de 6 porteurs de lunettes sur 10 déclarent ne pas être allés voir un opticien que leur mutuelle leur avait recommandé lors de leur dernier renouvellement de lunettes (65%).

 

Ignorance sur les plafonnements, scepticisme sur leurs conséquences

La réforme des contrats responsables, incluant l’encadrement des remboursements optiques, sera progressivement mise en œuvre à partir du 1er avril. Mais à ce jour, 66% des porteurs de lunettes interrogés ne savent pas si cela a déjà été mis en place par leur mutuelle. 90% d’entre eux estiment que le plafonnement du remboursement des frais d’optique bénéficiera en premier lieu aux Ocam et 68% d’entre eux pensent que cette mesure sera inefficace sur le prix des lunettes. « Cette mesure est mal comprise car les Français ne connaissent pas leurs garanties. Elle est donc inefficace pour faire baisser le prix des lunettes et le bénéfice revient aux mutuelles au détriment du consommateur », déclare Jean-Pierre Champion, directeur général de Krys Group.

« Ces préoccupations des français sur le remboursement des frais d’optique sont inquiétantes. En tant que premier acteur du marché de l’optique, nous nous sommes mobilisés pour offrir davantage de verres à haute valeur ajoutée à un prix compétitif, en les produisant notamment sur notre site industriel en France. Il faut continuer à améliorer à la fois la transparence et la qualité de service, c’est pourquoi nous appelons à une plus grande ouverture des réseaux de soins », ajoute-t-il.