2 / 07 / 2022

L’opticien lyonnais Thierry Caillat (magasin Espace de Vue), co-fondateur de l’association Vision d’Avenir (qui met en avant le professionnalisme des opticiens), a réagi sur RCF Radio à l’ouverture du magasin de Paul Morlet dans la ville.

 

Interviewé récemment dans l’émission Lyon Eco, Thierry Caillat rappelle que le concept de lunettes à 10, 20, 30 ou 40 euros existe « depuis plus de 15 ans » dans la distribution optique française. Il souligne par ailleurs que l’accès aux soins en termes de lunettes est aujourd’hui « parfaitement organisé » au sein de réseaux d’opticiens régis par le Code de la sécurité sociale et obligés de proposer, notamment aux bénéficiaires de la CMU, des lunettes « qui ne leur coûteront rien du tout. » Dans ce contexte, Lunettes pour Tous est, selon Thierry Caillat, un « énorme coup médiatique », qui surfe sur les attaques médiatiques dénonçant régulièrement le prix des équipements optiques et les marges des opticiens. Sur ce dernier point, il explique d’ailleurs que ces marges, qui se justifient par un travail de sur-mesure, sont quelquefois inférieures à celles constatées dans des modes de distribution de simple revente, comme dans les secteurs de la chaussure et du vêtement. Aujourd’hui, « la dépense moyenne en optique en France n’est pas plus onéreuse qu’en Allemagne ou dans d’autres pays similaires au nôtre », la différence se situant au niveau du renouvellement, plus fréquent dans l’Hexagone.

 

Concernant le magasin Lunettes pour Tous, l’opticien indique qu’on ne connaît pas l’origine des verres et qu’il faut donc « comparer des choses comparables. » Il confirme que l’ouverture de ce point de vente ne lui fera pas changer sa stratégie commerciale, car « nous ne faisons pas le même métier : notre activité est une activité de professionnel de santé (…). Nous sommes sollicités quotidiennement pour solutionner un problème de vision en conseillant nos clients de la manière la plus déontologique possible. Nous ne sommes pas dans la vente de masse. » Alors que Paul Morlet assure vendre 250 équipements par jour, Thierry Caillat souligne que les clients de ses magasins font souvent part de leur insatisfaction, et que le délai de 10 minutes promis par Lunettes pour Tous est « trop court » pour réaliser un équipement de qualité : pour réaliser un montage correct, « il faut au moins une demi-heure », insiste-t-il.

 

Ci-dessous, le player pour réécouter l’émission :