29 / 01 / 2022

Le baromètre Santé 360 Odoxa-MNH-Orange Healthcare* montre que, si le principe du partage des données de santé entre professionnels de santé est bien acceptée, les usagers (et les médecins) s’opposent fermement à l’idée d’une transmission de ces informations à des assurances.

 

Selon les résultats de cette enquête, 87% de la population « grand public » accepteraient que leur médecin partage des informations de santé concernant leur santé avec une équipe de santé les prenant en charge. Pour 79%, cela ne poserait pas non plus de problème si ces données sont transmises à un autre professionnel de santé. En revanche, la méfiance est de mise dès qu’un aspect mercantile entre en jeu : seuls 32% accepteraient le partage d’informations de santé avec les laboratoires pharmaceutiques. Et, en ce qui concerne les assureurs, le taux d’acceptation est de seulement 11%. Les médecins partagent d’ailleurs largement cette opinion : seuls 6% d’entre eux pensent que leurs patients accepteraient la transmission de données de santé à ces organismes.

Rappelons que, sur ce sujet, la Commission européenne a jugé recevable la plainte de la Fnof et a adressé une mise en demeure au gouvernement français.

 

slideOxoda

 

*Sondage réalisé en avril 2015 auprès d’un échantillon de 3 001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, d’un échantillon de 708 personnes ayant été hospitalisées dans les 3 dernières années issues d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et d’un échantillon de 399 médecins spécialistes et généralistes.