2 / 07 / 2022

Les attaques contre notre secteur se poursuivent, mais elles concernent cette fois les lentilles : une enquête de l’association de consommateurs CLCV pointe du doigt leurs écarts de prix, parfois au sein d’une même rue. Elle invite à plafonnement leur prise en charge, comme cela a été fait pour les lunettes.

 

« Si l’on considère à chaque fois la moyenne des cinq prix les plus bas et celle des cinq prix les plus élevés, on constate des écarts allant de 52 euros à 92 euros pour des lentilles +Biofinity multifocal+, de 70,8 euros à 122,8 euros pour des +Proclear multifocal Toric+, ou encore de 11,96 euros à 41,50 euros pour des +Soflens 59+. Les prix des lentilles de contact peuvent ainsi doubler, voire tripler d’un magasin à l’autre », dénonce le CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), qui a réalisé son enquête du 15 novembre au 31 décembre dans 12 départements auprès d’opticiens et pharmaciens. L’association conseille ainsi aux porteurs de faire jouer la concurrence entre enseignes, ce qui permettrait selon elle, même après prise en charge par les Ocam, d’économiser au moins 100 euros par an.

Les écarts de prix seraient également considérables pour les solutions d’entretien. Par exemple,  pour un flacon de Renu de 360 ml, le prix à l’unité sera de 6,90 euros chez un opticien Afflelou de Tours mais de 19,90 euros dans une pharmacie de la rue Ordener, à Paris.

 

Rebelote sur les optimisations de facture

L’association explique que les produits de nettoyage de lentilles relèvent du jeu normal de la concurrence, mais que les lentilles sont, elles, souvent sujettes à remboursement. Elle évoque ainsi un ajustement des tarifs par les opticiens « en fonction de la politique de remboursement des mutuelles », en incitant ces organismes à « ajuster leur plafond de remboursement en conséquence et, plus encore, à orienter les consommateurs vers les commerçants dont les prix sont raisonnables. » Le CLCV demande aussi à l’Etat de plafonner, comme pour les lunettes, la prise en charge des lentilles par les Ocam selon le type de correction.