21 / 10 / 2019

Le 22 juillet, dans le cadre de l’examen du projet de loi de modernisation de notre système de santé, la commission des Affaires sociales du Sénat a rejeté un amendement visant à faire reconnaître la profession d’optométriste. Elle souhaite attendre les conclusions de la mission Igas pilotée par Dominique Voynet, car il serait « envisagé d’accorder des compétences d’optométrie à la filière ophtalmologique et orthoptique, ainsi qu’aux opticiens. »

 

L’amendement déposé par cinq sénateurs et porté par Jean-Louis Tourenne visait à créer une profession d’optométriste (pour les titulaires du master Sciences de la vision) pouvant prescrire verres correcteurs et lentilles correctrices aux porteurs âgés de plus de 16 ans, indépendante de la profession d’opticien, avec interdiction d’exercer en magasin pour éviter le cumul prescription-vente.

 

Cette nouvelle approche n’a cependant pas convaincu la commission des Affaires sociales du Sénat. Son président Alain Milon, rapporteur du projet de loi, a émis un avis défavorable, suggérant à ses collègues d’attendre les  conclusions de la mission de l’Igas sur la filière visuelle, pilotée par Dominique Voynet. « Il est envisagé d’accorder des compétences d’optométrie à la filière ophtalmologique et orthoptique, ainsi qu’aux opticiens. Cette mesure fait l’objet d’un consensus de la filière », a renchéri Catherine Génisson, vice-présidente de la commission.

 

Alain Milon a suggéré à Jean-Louis Tourenne de déposer à nouveau son amendement lors de l’examen du texte en séance publique, qui aura lieu la deuxième quinzaine de septembre.