30 / 09 / 2022

Alors que la distribution de lunettes correctrices en officine par un opticien diplômé émerge de plus en plus, la division Santé de l’institut d’études Gallileo a réalisé une étude pour mesurer le potentiel de développement de ce nouveau circuit et l’ouverture des pharmaciens titulaires à implanter un corner optique dans leur point de vente.

 

L’étude réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 201 pharmaciens titulaires (issus du panel Pharmascope de Gallileo) montre que :

  • 39% des pharmaciens considèrent que l’implantation de corner optique peut être une opportunité de diversification pour les pharmaciens, même si la majorité (83%) estime qu’il y a d’autres sujets de diversification plus prioritaires.
  • La moitié des pharmaciens (47%) estime que le développement de corner optique en officine permettra d’offrir une gamme de lunettes moins chères pour les patients.
  • 2 pharmaciens sur 3 (66%) estiment également qu’un corner optique aura sa place en officine à l’avenir car il permettra d’offrir un service en plus aux clients.

Dans ce contexte, 39% des pharmaciens se déclarent aujourd’hui favorables au développement de corners optiques en officine, et 27% se disent intéressés par un tel projet pour leur propre pharmacie. Sans surprise, le niveau d’intérêt augmente avec la taille du point de vente (38% des sondés disposant d’une surface supérieure à 150m² se disent intéressés).

 

« Un nouveau circuit de distribution de lunettes correctrices peut émerger aujourd’hui, avec le développement de corner optique en officine, et les résultats de cette étude montrent bien que les pharmaciens y sont ouverts, dans un contexte de stagnation de leur chiffre d’affaires. Ils distribuent depuis longtemps des solutions d’entretien pour lentilles de contact, et des lunettes-loupes pré-montées. Ils s’intéressent aujourd’hui au marché des lunettes correctrices. D’autres exemples sur les marchés de la santé, comme celui des aides auditives, ont montré que l’implantation de corners dans d’autres circuits de distribution que le circuit traditionnel peut permettre d’élargir le choix pour le consommateur. Une nouvelle concurrence pour les opticiens ? Une opportunité de développement pour les pharmaciens ? Ce sera au consommateur d’en juger », commente Maher Kassab, PDG de Gallileo Business Consulting.