21 / 10 / 2019

Dans un communiqué, l’Union des Opticiens appelle de ses vœux l’établissement d’un diplôme d’Etat pour l’exercice de la profession inscrit dans le cadre du système européen Licence Master Doctorat (LMD).

 

Dans la perspective des Etats généraux de la santé visuelle, le syndicat explique que ce nouveau diplôme permettra aux opticiens de s’adapter aux évolutions sanitaires, sociales et technologiques pour une meilleure prise en charge des patients. Il rappelle que sa position est « conforme à la proposition formulée par le rapport de Dominique Voynet », qui préconise de « Procéder, dans le respect des travaux antérieurs, à la refonte de la formation des opticiens-lunetiers et à leur intégration dans le schéma LMD. » L’UDO se dit ainsi favorable à la délivrance d’un diplôme d’opticien-lunetier de niveau licence. « Cette modification permettra de faciliter la poursuite de la formation vers un niveau Master – voire également d’aller plus loin », commente l’organisation, en ajoutant que « la formation à Bac +3 conduira à une meilleure régulation du nombre d’opticiens diplômés » et que l’introduction d’une année supplémentaire permettra aux étudiants « d’accéder à des enseignements moins commerciaux » (physiologie de l’œil, réfraction, contactologie…).

 

2 000 opticiens détiennent une licence

L’UDO rappelle soutenir les dispositions du projet de loi de santé qui visent à confier davantage de prérogatives aux opticiens. « Doubler cette restructuration d’une formation plus complète des opticiens permettra d’assurer à la population des soins visuels de qualité, délivrés par des professionnels mieux qualifiés, sous l’autorité et la responsabilité des ophtalmologistes », explique-t-elle en soulignant que sa position répond à une réalité concrète, plus de 2 000 opticiens étant déjà titulaires d’une licence.

« Lors de l’examen en nouvelle lecture du projet de loi de modernisation de notre système de santé, l’Assemblée nationale a précisé que la question de la formation relevait du domaine réglementaire. L’Union des Opticiens se tient à la disposition des pouvoirs publics pour apporter sa contribution aux concertations nécessaires à la rédaction d’un décret », conclut le syndicat.