31 / 01 / 2023

A l’occasion de son Assemblée générale extraordinaire, qui s’est tenue le 14 décembre à Paris, la Fnof (Fédération nationale des opticiens de France) a annoncé soutenir la création d’une société savante en optique.

 

« Nous soutenons la création d’un collège scientifique et la Fnof s’engagera à le consulter avant toute décision relative à la formation, qui est la pièce centrale de l’édifice dans notre profession. Car sans formation, on ne pourra pas aller dans le sens de la valorisation du métier », explique Alain Gerbel, président du syndicat. Des experts – enseignants, opticiens… – sont chargés d’établir les contours de cette société savante, d’établir ses statuts et ses conditions d’adhésion. Ils rendront leur copie au prochain congrès de la Fédération, qui se tiendra au printemps 2016.

 

Actions juridiques et enquête terrain

Alain Gerbel est également revenu sur ses actions visant à mettre fin aux réseaux de soins. Dans le cadre de la procédure lancée au niveau européen il y a 18 mois et fondée sur les transferts de données de santé, Bruxelles a récemment adressé une note complémentaire à la France. Il s’agit de l’étape ultime avant la procédure contradictoire, déclare la Fnof, en rappelant la différence entre données de santé et données morphologiques : « Les données de correction sont des données de santé mais l’écart pupillaire est une donnée morphologique. Nous n’avons donc pas d’obligation légale de communiquer cette mesure », argumente le président du syndicat. La Fédération annonce en outre des actions de terrain, dont les détails seront dévoilés début 2016, pour évaluer les rapports entre les consommateurs et les complémentaires santé à l’heure de la généralisation des contrats collectifs. « Nous avons besoin de rentrer à nouveau en contact avec les Ocam et d’arrêter cette surenchère commerciale », affirme Alain Gerbel, regrettant qu’aujourd’hui, ce soient « les enseignes qui négocient avec les organismes complémentaires. »

 

Discuter avec les Ocam

Concernant la création des divers collectifs d’opticiens opposés aux réseaux de soins, la Fnof juge « légitime » ce mouvement d’humeur qu’il « faut laisser s’exprimer. » Elle rappelle avoir, dès 2001, mis la profession en garde contre le système, mais souligne que, si « chacun à son passé, on avance désormais » avec des actions qui passent à la fois par le juridique et la réaction terrain. L’idée est d’amener les Ocam à discuter pour, in fine, travailler ensemble « sur une relation harmonieuse et équilibrée. »

 

Photo : Alain Gerbel, le 14 décembre, à l’issue de l’Assemblée générale extraordinaire du syndicat.