4 / 08 / 2020

Mimosa Santé est une solution qui apporte une traçabilité probante de tierce partie pour toute l’interopérabilité opticien / laboratoire / financeur.

 

« Les vraies fraudes sont extrêmement rares. C’est surtout la crainte de la fraude qui est un vrai sujet. La fraude est un faux nez qui empoisonne nos relations d’affaires. Alors tordons-lui le cou par la ‘Confiance par la Preuve’ car personne ne peut s’autodéclarer digne de confiance », commente Jean-Luc Levesque, PDG d’EdiEyes.

La traçabilité probante garantie par Mimosa Santé repose sur le principe qu’un équipement présenté à la prise en charge puis à la liquidation est bien, en toute transparence : celui sera facturé dans les mêmes termes par le laboratoire à l’opticien, celui qui sera dispensé au porteur et celui qui sera finalement tracé pour toutes les vérifications ultérieures à l’initiative de l’opticien. « C’est l’accès vertueux aux bonnes pratiques respectueuses des données de santé à caractère personnel ainsi qu’aux activités d’opticien professionnel de santé à plein temps », explique Jean-Luc Levesque. Les données de santé à caractère personnel sont parfaitement protégées, sous la responsabilité de l’opticien, par EdiEyes, qui est en train de modifier ses infrastructures afin d’être agréé hébergeur de données de santé.

 

« Rendre la fraude impossible »

Mimosa Santé peut se combiner aux différents logiciels des enseignes. Le dispositif facilite en outre la coopération avec les ophtalmologistes et en s’interface avec leur logiciel pour, entre autres, le compte-rendu du contrôle de la réfraction. Enfin, Mimosa Santé accélère la relation digitale avec les financeurs grâce à une nouvelle plasticité des processus pour couvrir les besoins au fur et à mesure qu’ils se présentent, financeur par financeur. Pour ce volet-là, EdiEyes va organiser des « Ocamathon » afin que les complémentaires santé puissent aligner leurs outils.

« Le but n’est pas de lutter contre la fraude mais de rendre la fraude impossible », argumente le patron d’EdiEyes, en expliquant que cette solution, mise à disposition en CopyLeft, est appelée à devenir un standard. A terme, elle fera « gagner du temps et de l’argent », souligne-t-il en espérant un impact positif sur les frais de gestion des Ocam. Mimosa Santé devrait être opérationnel à partir de cet été. « On s’est donné jusqu’à juin / juillet pour enregistrer les derniers souscripteurs », annonce Jean-Luc Levesque.