17 / 05 / 2022

L’association des « économistes atterrés » vise entre autres à proposer « des alternatives aux politiques d’austérité préconisées par les gouvernements actuels ». Dans une récente note publiée sur Mediapart, quatre de ses membres* descendent en flèche la généralisation de la complémentaire santé et se montrent favorables à des remboursements intégralement à la charge du régime obligatoire.

 

« L’ANI ne fait qu’accentuer les inégalités déjà existantes », « Les populations qui auraient le plus besoin d’améliorer leur couverture en santé (inactifs, plus de 70 ans et personnes se déclarant en mauvaise santé) sont ceux qui bénéficient le moins de cette amélioration », « Compte tenu de la faible prise en charge imposée par la loi, il y a danger de voir la complémentaire santé d’entreprise servir de produit d’appel pour vendre d’autres prestations qui étaient jusqu’à présent comptées dans les anciens contrats d’entreprise (dépassement d’honoraires, auditif, optique, dentaire, etc) »… Telles sont, entre autres, les vives critiques formulées par les « économistes atterrés » envers la complémentaire santé obligatoire. Ils dénoncent la mise en place d’un système à trois étages : assurance maladie obligatoire, assurance complémentaire d’entreprise et assurance sur-complémentaire pour couvrir ce qui était jusque-là du ressort de la complémentaire.

 

Pointant du doigt les aides fiscales accordées aux contrats d’entreprise, ils fustigent une « privatisation de la santé coûteuse pour les finances publiques ». Les Ocam en prennent pour leur grade, accusés de privilégier les biens portants aux malades et de couvrir davantage ceux qui ont le moins besoin de soins de santé : « La couverture santé est dorénavant un instrument de la concurrence et un marqueur de la position de chacun sur le marché du travail. »

 

Or, pour les auteurs de cette note, la dépense de santé doit être vue comme un investissement pour le futur et non pas comme une charge. Ainsi, il est, à leurs yeux, « grand temps de limiter la croissance des complémentaires santé et de favoriser une prise en charge à 100% de la Sécurité sociale. Celle-ci permettra de limiter les inégalités sociales de santé, améliorera la prévention, évitera certaines hospitalisations et se traduira à terme par des économies », concluent-ils.

 

*Philippe Abecassis, Philippe Batifoulier, Nathalie Coutinet et Jean-Paul Domin