4 / 08 / 2020

Au Silmo, Essilor présentera sur son stand (Hall 6 – F 090) de nombreuses nouveautés. Parmi elles, MyEye, un dispositif qui lit tous les types de textes et reconnaît des visages et des objets. MyEye concourt d’ailleurs aux Silmo d’Or 2016, dans la catégorie “Basse vision”.

 

Actuellement, en France, 1,5 million de personnes sont atteintes de déficience visuelle. Ce handicap est la première cause de perte d’autonomie. On constate alors une dépendance visuelle que ce soit pour la lecture, la prise de médicaments, ainsi que de nombreuses actions du quotidien.

C’est à ces personnes, pour lesquelles les verres traditionnels ne suffisent plus, que s’adresse MyEye. Il s’agit d’un système qui s’adapte à tout type de monture et comprenant une mini-caméra et un écouteur qui vient se positionner sur le côté droit des lunettes. Lorsque l’utilisateur en a besoin, il pointe du doigt le texte à lire et MyEye lui donne les informations sonores par conduction osseuse. Cette lecture peut se faire aussi bien sur du papier que sur écran.

MyEye reconnaît également les visages : une centaine de visages peuvent être enregistrés dans la machine et lorsque la reconnaissance faciale coïncide avec un profil enregistré, elle diffuse automatiquement son prénom. Même chose pour les objets (150 objets peuvent être enregistrés) que l’on utilise au quotidien, comme son téléphone ou la télécommande. Petit plus qui a son importance, MyEye reconnaît également les billets de banque et différencie les montants.

Difficile de lister toutes les actions que ce produit simplifiera pour les dépendants visuels, mais on aperçoit immédiatement le potentiel qu’il représente pour leur rendre leur autonomie, à l’intérieur comme à l’extérieur – MyEye n’a pas besoin d’Internet, de Wi-Fi ou de Bluetooth pour fonctionner -, et donc influer sur leur sociabilisation.

En termes de poids, l’accent a été mis sur la légèreté. Comptez 163 grammes pour le boitier de commande qui se glisse aisément dans la poche et 31 grammes pour le dispositif numérique qui s’accroche à la monture. Pour un temps de charge de 4 heures, la batterie offre une autonomie d’une journée complète.

Fabriqué par la société OrCam, MyEye sera distribué en France en exclusivité par Essilor à compter du 23 septembre, au prix indicatif de 3 995 euros. Il existe également une version ne proposant que la prise en charge de lecture de texte à 2 995 euros.

 

Essilor MyEye