2 / 07 / 2022

Comme chaque année pendant la période du Silmo, le secteur a fait l’objet de plusieurs reportages mettant systématiquement en avant le prix des lunettes et les marges des opticiens, toujours présentés comme trop élevés. Suite à ces nouvelles charges médiatiques, la Fnof (Fédération nationale des opticiens de France) a décidé de réagir officiellement.

 

Dans un communiqué, la Fnof explique ne pas pouvoir « accepter que le téléspectateur soit interpellé par des incantations criant à la cherté des lunettes et aux ‘factures salées’ ». Faisant notamment référence à l’offre « Vos lunettes à 0€ » d’Easy-verres qui a obtenu d’importantes retombées presse et à un reportage de France 2 incitant les téléspectateurs à acheter des lunettes-loupes en pharmacie ou à se rendre chez un opticien mutualiste, le syndicat déclare : « Parler de ‘lunettes gratuites’ alors que le financement repose sur les cotisations, renvoyer à l’achat de lunettes prémontées sans parler préalablement d’un examen médical ou de l’avis du Conseil national de la consommation imposant aux opticiens de mentionner que ‘Ces lunettes ne doivent être utilisées que de façon accessoire pour un temps relativement court afin d’éviter les effets indésirables dus à leur conception standard…’, envoyer dans des centres optiques en disant que là il n’y a pas de prime au chiffre, faire la promotion de la vente sur internet en parlant de ‘prix défiant toute concurrence’ alors que certains de ces médias possèdent des sites internet, tout ceci n’est pas acceptable ».

 

Ainsi, la Fnof « entend rétablir la vérité sur notre profession et souhaite que ces attaques cessent ». Dans ce but, elle a décidé d’exercer son droit de réponse et d’alerter le CSA.