21 / 09 / 2019

La coentreprise sera détenue à 51% par le géant du luxe et à 49% par le lunetier italien.  

 

Les rumeurs de rapprochement entre les deux groupes se sont confirmées : Marcolin a annoncé le 31 janvier la création, d’ici 2018, d’une joint-venture avec LVMH. Cette nouvelle entité, dont la naissance reste soumise à certaines conditions, concevra et fabriquera les montures pour les marques Céline et Louis Vuitton, son but étant de devenir à terme « le partenaire privilégié de LVMH dans le secteur de la lunetterie ». Selon les analystes, cette joint-venture pourrait dégager un CA de 230 à 260 M€.

 

Le coût de cette opération pour Marcolin est estimé entre 20 et 25 M€ au cours des quatre à cinq prochaines années, dont 7 M€ dès cette année. Le lunetier va ainsi procéder, dans cette perspective, à une augmentation de capital de 21,9 M€. LVMH devrait prendre une participation de 10% au capital de la société.

 

Par la création de cette co-entreprise, LVMH montre sa volonté de contrôler ses marques de lunettes, comme a souhaité le faire Kering qui, en 2014, a créé Kering Eyewear. L’initiative risque de pénaliser Safilo, qui génère 350 M€ de CA avec les marques du groupe de luxe français.