24 / 10 / 2021

Dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, la Mutualité française a commandé une étude à Harris Interactive sur les attentes des citoyens en matière de santé. Celle-ci révèle leurs inquiétudes sur l’avenir des remboursements ainsi que leur attachement à la Sécurité sociale.

 

Selon les résultats de l’enquête*, 51% des Français déclarent que, par rapport à il y a 5 ans, leur reste à charge a augmenté lors de leurs achats de lunettes. Seuls 13% jugent qu’il plutôt diminué, quand 29% estiment qu’il est resté identique. La moitié des sondés font également état de restes à charge à la hausse pour l’audioprothèse et le dentaire. Et ce, alors même que le développement des réseaux de soins dans ces 3 secteurs aurait dû engendrer leur baisse.

 

Limiter les prix dans l’optique, l’audio et le dentaire ?

De manière générale, 61% des Français considèrent que notre système de santé fonctionne bien. Mais, pour 46% d’entre eux, il s’est dégradé au cours des 5 dernières années et 68% se disent pessimistes pour son avenir. Dans ce contexte, plus de 7 sondés sur 10 jugent que les candidats à l’élection présidentielle ne parlent pas assez de santé et autant estiment que leurs propositions sont déconnectées de leurs préoccupations, essentiellement orientées vers le financement de la protection sociale et l’accès aux soins pour tous. Ainsi, pour améliorer l’accès aux soins d’un point de vue financier, 87% des sondés estiment qu’il est important de limiter les dépassements d’honoraires et 83% de réduire les restes à charge en optique, dentaire et audition, en encadrant le prix des produits ou en augmentant leurs taux de remboursement. Par ailleurs, faciliter l’accès des patients aux réseaux de soins est considéré comme important par 81% des sondés (39% jugent même que c’est prioritaire). Notons que ces dispositifs sont présentés ici comme des réseaux « regroupant des professionnels de santé associés à une complémentaire santé ou une mutuelle et proposant des tarifs plus avantageux pour les patients pour une qualité de soins équivalente ».

 

Les Français opposés à de nouveaux désengagements de la Sécu

Interrogés sur la répartition idéale de la prise en charge des dépenses entre Sécurité sociale et complémentaires santé, les citoyens se montrent partagés : 42% estiment que la répartition actuelle ne doit pas changer, 36% que les dépenses doivent être plus remboursées par le régime obligatoire et moins par les Ocam et 20% que des transferts de prise en charge doivent s’opérer de la Sécu vers les régimes complémentaires. Pour une très large majorité des citoyens (89%), la réduction du déficit de la Sécurité sociale passe en priorité par une meilleure organisation du système de santé (qui pourrait notamment se concrétiser par le développement des coopérations entre les professionnels), mais aussi par davantage de contrôles contre les fraudes et les abus (pour 88%) et le déploiement d’actions de prévention (pour 83%). En revanche, seule une minorité se montre favorable à une baisse des taux de remboursement de la Sécurité sociale sur certains médicaments (37%) ou sur certaines consultations médicales (29%).

 

 

*Enquête réalisée en ligne du 30 janvier au 7 février 2017 auprès d’un échantillon de 2000 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.