16 / 12 / 2019

Selon La Voix du Nord, le tribunal correctionnel de Dunkerque a estimé que le centre permettant d’obtenir rapidement un rendez-vous pour des lunettes ou des lentilles via des téléprocédures avec des médecins étrangers se livrait à des examens ophtalmologiques sans autorisation.

 

N’attendez plus pour corriger votre vue” : la phrase d’accroche du centre Ophta City a de quoi séduire de nombreux amétropes dans cette région où les délais de rendez-vous chez l’ophtalmologiste excèdent 180 jours. Créé en 2012, il permet en effet d’obtenir, en moins de 15 jours, un rendez-vous durant lequel le patient passe un examen de vue -dont les résultats sont transmis par télémédecine à des ophtalmologistes basés en Espagne et en Belgique – et choisit ses lunettes. A la seconde visite, Ophta City lui livre son équipement avec les documents nécessaires au remboursement, et lui remet le compte-rendu de son examen de vue. En près de 5 ans, le centre Ophta City de Dunkerque a ainsi enregistré 10 000 patients.

 

Assigné entre autres par le conseil national de l’ordre des médecins, le Syndicat national des ophtalmologistes, la CPAM, l’ARS et un syndicat d’opticiens, le centre Ophta City de Dunkerque a été considéré comme pratiquant l’exercice illégal de la médecine, ses méthodes n’ayant pas été validées dans le cadre d’un protocole officiel validé par l’ARS. La société écope ainsi de 30 000 € d’amende (le parquet avait requis 80 000 €) et est condamnée à verser 17 600 € à la CPAM. L’ordre des médecins et le Syndicat des ophtalmologistes reçoivent également 1 € symbolique de dommages et intérêts. Ophta City a fait immédiatement appel de cette décision.