7 / 08 / 2020

Dimanche 19 mars, Lunettes Party a reçu sur son étape parisienne le chroniqueur Eric Brunet (RMC, BFM TV…). Dans un discours sans concession sur l’attitude des pouvoirs publics envers les commerçants en général et les opticiens en particulier, il a appelé la profession à s’organiser pour peser davantage dans le débat.

 

« Vous êtes dans un domaine d’activité extrêmement lourd et difficile. Vous faites partie de ceux qui ne sont pas aidés par la puissance publique, avec des interlocuteurs politiques qui ne pensent qu’à vous taxer davantage, parce qu’ils ont compris que vous n’êtes pas très bien organisés contrairement à d’autres univers comme le monde agricole, qui sait ce qu’il faut faire pour faire entendre sa voix. Avec les professions qui vous ressemblent, vous êtes des oubliés de la République », a déclaré Eric Brunet. « Business visible » par excellence, l’optique se prête par ailleurs, pour le chroniqueur, « aux propositions démagogiques » comme celle de la prise en charge des lunettes à 100 % avancée par plusieurs candidats à la présidentielle : « Certains actes médicaux, comme les opérations de la hanche, n’ont pas été revalorisés depuis les années 1980. Mais il beaucoup plus facile et clientéliste de parler des lunettes ! »

 

Dénonçant la gabegie des services publics, l’incapacité des politiques à prendre des décisions efficaces et leurs solutions consistant à « taxer les pigeons par les impôts sur le revenu et sur les sociétés », Eric Brunet a invité la filière à prendre exemple sur « les professions très organisées qui ont des lobbyistes pour faire évoluer les lois » dans un sens qui leur est favorable. « On vous désigne comme des gens qui ne pensent qu’au profit. N’acceptez plus cela ! Trouvez des gens qui vous représentent bien, avancent les bons arguments et travaillent auprès des parlementaires », a-t-il martelé. Achevant son discours sur une note optimiste, le chroniqueur a rappelé qu’il y a « des choses magnifiques à raconter » sur notre secteur, ses « jolies marques » et que, compte tenu des fortes contraintes qu’ils subissent, notamment une TVA à 20 %, « les lunetiers français qui arrivent à courir à la même vitesse que leurs concurrents allemands ou espagnols sont les meilleurs ». Dans ce contexte, Eric Brunet a salué le concept de Lunettes Party, « un lieu élégant, humain et convivial où on peut toucher les produits et faire du business ».