29 / 01 / 2022

L’édition 2017 du Baromètre Santé Deloitte* confirme l’intérêt des citoyens pour la e-santé, mais aussi leur méfiance vis-à-vis des dispositifs proposés.

 

La majorité des Français estime que l’e-santé est un outil efficace : 80% la jugent pertinente pour améliorer la coordination des professionnels et 64% pour lutter contre les déserts médicaux. Dans ce contexte, une large part des usagers est prête à mettre ses données de santé à disposition des professionnels : en partant du principe que le secret médical et la confidentialité de leurs données personnelles sont garantis et sécurisés, 90% sont prêts à les confier à leur médecin traitant, 68% à leur pharmacien et 51% à leur opticien. Votre métier ce classe ici devant les Ocam : en effet, 47% des sondés accepteraient de transmettre leurs données de santé à leur mutuelle et seulement 17% à leur assureur. Plus de 3 Français sur 4 sont favorables au partage de leurs données auprès de l’ensemble de leurs professionnels de santé et pour consulter leurs informations médicales. Ce chiffre tombe à 55% si l’objectif est le développement de services de santé plus personnalisés.

 

Les réticences, quand elles existent, sont majoritairement liées à la confidentialité (pour 45% des sondés) et à la diminution des interactions humaines (pour 38%). 13% des Français ne voient en revanche aucune raison de ne pas utiliser les nouvelles technologies en matière de santé.

 

Notons enfin que les citoyens seraient prêts à payer pour l’achat d’un service e-santé : ils seraient prêts à débourser en moyenne 4,8 € pour lutter contre les déserts médicaux et 3,4 € pour améliorer la coordination des professionnels de santé (carnet de santé dématérialisé).

 

 

 

*Sondage OpinionWay pour Deloitte réalisée auprès d’un échantillon de 2013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus et interrogé du 10 au 16 février 2017.