30 / 01 / 2023

Interrogé à la suite du communiqué de 60 millions de consommateurs accusant les opticiens de ne pas proposer les modèles les moins chers, Frédéric Poux démonte plusieurs idées reçues.

 

Dans un article publié ce 3 avril sur le site Internet de Paris Match, le PDG du groupe Afflelou souligne que la France a « l’un des systèmes les plus complexes au monde, du rendez-vous chez l’ophtalmologiste en passant par le choix de l’équipement et la demande de remboursement ». Il affirme que, contrairement à ce que laisse fréquemment entendre la presse grand public, « les opticiens ne sont pas des escrocs », en mettant en avant la vive concurrence engendrée par la présence de 13 000 magasins, qui explique justement les écarts de prix relevés au sein d’une même enseigne : « Nous n’avons pas le droit d’imposer les prix aux différents points de vente. » Et, alors que le prix des lunettes françaises est fréquemment pointé du doigt comme plus élevé qu’ailleurs en Europe, Frédéric Poux rappelle que, dans notre pays, les équipements se voient appliquer une TVA de 20%, contre par exemple 10% en Espagne. « D’autre part, les consommateurs choisissent des verres progressifs dans une proportion bien plus importante que dans d’autres pays. Or ils sont plus onéreux que les autres. Nous ne ruinons pas la Sécurité sociale, mais il ne faut pas faire croire non plus que les lunettes sont gratuites », ajoute-t-il.