1 / 12 / 2022

Le comparateur mis en ligne par l’association de consommateurs situe le prix proposé par l’opticien par rapport aux tarifs constatés sur le marché.

 

Que Choisir propose aux internautes une comparaison du prix des verres optiques en fonction de la correction. « Contrairement à d’autres comparateurs, l’UFC-Que Choisir n’est pas rémunérée par les opticiens ou les organismes de complémentaires santé. Notre but est de présenter les tarifs pratiqués et de permettre au consommateur de s’orienter en fonction de sa correction », précise l’association. Les comparaisons sont établies sur une base de 215 000 devis optiques collectés en 2016 et 2017 auprès de 34 organismes de complémentaires santé (mutuelles, instituts de prévoyance, assureurs).

 

Coût médian, tarifs minimum et maximum

Concrètement, le porteur est invité à renseigner sa correction optique (sphère, cylindre, axe, addition) et éventuellement le prix du devis de ses verres. Il accède alors à la fourchette des prix observés chez les opticiens par les organismes complémentaires santé du panel et ce, pour le niveau de correction indiqué. Pour chaque verre, sont indiqués le coût médian, les tarifs minimum et maximum, les seuils correspondant à 20 % des devis les moins chers et à 20 % des devis les plus chers. En dessous du seuil de 20 % des devis les moins chers, le prix sera considéré comme très bon marché. Au-dessus du seuil de 20 % des devis les plus chers, le prix sera considéré comme très cher. Le comparateur prend en compte l’âge du patient et les paramètres chiffrés de correction (hypermétropie, myopie, astigmatisme, presbytie). En fonction du degré de correction, il intègre la nécessité d’amincir le verre et le coût du traitement amincissant. Pour les verres progressifs, les résultats sont présentés sous deux onglets : verres de milieu de gamme et haut de gamme (sans plus de précision sur les générations). Les tarifs s’entendent toutes taxes comprises, hors promotions ponctuelles, et sont mis à jour tous les ans. Notons que ce comparateur tient compte des teintes des verres, mais pas des autres traitements, qui ont pourtant un impact important sur les prix.

 

“Vous n’êtes pas marié à votre opticien”

L’UFC-Que Choisir justifie la mise en ligne de ce comparateur par les « faramineux écarts de prix existant sur le marché de l’optique ». Sur 8 profils de consommateurs testés (enfants et adultes), l’analyse de sa base de devis établit que pour une même correction, les prix des verres varient au moins du simple au double selon l’opticien. « Par exemple, pour un enfant équipé de verres simples, une même paire pourra coûter de 126 € à 257 € (hors monture). Pour un adulte équipé de verres progressifs haut de gamme, l’écart est encore plus marqué, avec jusqu’à 300 € d’économies potentielles (de 399 € à 711 € la paire de verres pour une correction identique) », détaille l’association qui incite les porteurs à faire jouer la concurrence. « Vous n’êtes pas marié avec votre opticien ! Sachez qu’il n’y a rien d’aberrant à d’abord s’enquérir du prix des verres, et à choisir ensuite une monture. À l’inverse, si vous trouvez une jolie monture chez un opticien qui facture ses verres très chers, rien ne vous empêche d’en prendre les références, et d’aller voir chez un concurrent meilleur marché s’il l’a en magasin. Ou s’il peut la commander. Pour une marque répandue, cela ne devrait pas poser de problème », conseille l’UFC-Que Choisir.