6 / 12 / 2021

La myopie des enfants ne cesse d’augmenter dans le monde entier. Si on parle beaucoup de cette amétropie en Asie, les pays occidentaux ne sont pas épargnés. Pour mieux appréhender ce phénomène dans l’Hexagone, Krys vient de dévoiler les résultats préliminaires d’une étude réalisée sur un échantillon de 621 000 enfants de 0 à 18 ans (données anonymisées provenant des 696 magasins Krys Group) en collaboration avec le CHU de Poitiers, et dirigée par le Pr Nicolas Leveziel.

Parmi les principaux enseignements de cette étude, on retiendra que 27 % des enfants présentent une myopie. A 18 ans, ils sont 44 %. Sur l’ensemble du groupe, elle est faible dans 21,86 % des cas, modérée dans 4,38 % des cas, forte pour 0,70 % des enfants et enfin très forte pour 0,10 %. La distribution de la fréquence par classe d’âge montre un glissement progressif vers la myopie entre 0 et 6 ans, avec une fréquence de 0,6 % à 1 an, 2,2 % à 3 ans et 6,7 % à 6 ans et une stabilisation ensuite.

Ces premiers résultats vont être complétés par de nouvelles observations pendant une période de 3 ans. Les résultats corrigés et rapportés à l’ensemble de la population permettront de savoir si la France est touchée elle aussi par ce que certains qualifient déjà de « Myopia boom ».

Comment expliquer cette myopisation grandissante depuis les années 90 ? Les spécialistes mettent en avant les changements environnementaux et de comportements. Pour réduire l’apparition de la myopie, on peut donc recommander une exposition plus importante des enfants à la lumière du jour, l’utilisation d’éclairages enrichis en rouge, d’interdire les écrans le soir, de respecter une distance de 30 cm entre l’œil et l’écran (ou le livre) et de faire des pauses oculaires toutes les 20 minutes.