6 / 12 / 2021

La dernière enquête de la Drees sur la santé des élèves de CM2, réalisée en 2015 et publiée en 2017, montre qu’une proportion non négligeable d’enfants amétropes n’est pas équipée.

En 2015, 32 % des élèves de CM2 étaient porteurs de lunettes ou de lentilles correctrices. Si les taux d’équipement entre cadres et ouvriers sont similaires, des différences existent en revanche entre garçons et filles : les premiers sont significativement moins souvent porteurs de lunettes (29 % vs 35 %). Par ailleurs, une anomalie de la vision de loin a été dépistée chez 6 % des enfants non porteurs de lunettes (5 % pour les garçons, 7 % pour les filles). Parmi les élèves non porteurs de lunettes, 9 % des enfants scolarisés dans les écoles relevant de l’éducation prioritaire ont un résultat anormal au test de dépistage de la vision de loin, contre 5 % pour les enfants des autres établissements.

Cette enquête met également en exergue l’importance de la « consommation d’écran » chez les plus jeunes, qui sollicitent de fait de plus en plus leur vision de près : en 2015, 45 % des élèves de CM2 déclaraient passer moins d’une heure par jour devant les écrans les jours d’école mais 14 % y consacraient plus de deux heures quotidiennes. Les jours sans classe, la proportion d’enfants passant plus de deux heures devant un écran bondit à 46 %. La consommation d’écran est notamment favorisée par la présence d’un ordinateur ou d’une télévision dans la chambre, qui concerne 35 % des élèves de CM2.