16 / 11 / 2018

Comme chaque année, l’Asnav (Association nationale pour l’amélioration de la vue) a rendu publics les résultats de son Baromètre de la Santé visuelle, réalisé par Opinion Way. Cette 14ème édition montre « moins de résultats “spectaculaires” qu’en 2017 mais des chiffres et des réponses qui interrogent ».

 

Parmi les enseignements de cette année : les Français sont toujours très favorables à l’instauration de dépistages que ce soit dans le cadre de l’école (96 % en hausse de 2 points), dans le cadre de l’entreprise (91 %, en hausse de 4 points) ou lors du passage du permis de conduire (90 % en hausse de 2 points).

Peu de changements dans les problèmes rencontrés : les problèmes de vision de près sont toujours en première position à 40 %, devant la vision de loin à 36 % et la fatigue visuelle à 29 %. En revanche, chez les personnes qui apportent plus d’attention à leur vue que par le passé, la première raison évoquée est l’âge à 22 %, ceux qui ne la préservent pas davantage le font car ils estiment à 59 % qu’ils n’ont pas de problème de vue. Un chiffre qui interroge quand on le met en parallèle avec la proportion de Français qui ont besoin d’une correction visuelle…

Autre chiffre inquiétant, quand on demande à quand remonte leur dernier contrôle visuel, 7 % des 16 / 24 ans, soit environ 500 000 personnes, répondent “jamais” !

Les habitudes des Français restent elles, assez stables : 26 % ne portent pas toujours leurs lunettes pour conduire, 22 % ne le font pas également au travail, devant leur écran d’ordinateur.

Les parents semblent lâcher la bride quant à la prévention de la vue de leurs enfants. Ils sont ainsi 49 % à leur demander de faire des pauses régulières quand ils sont devant l’ordinateur. Un chiffre en recul de 17 % par rapport à l’année passée. Dans le même temps, ils sont 67 % à estimer que l’âge auquel il est utile de faire un premier contrôle de la vue est de 3 ans ou après, occultant totalement le dépistage précoce.

Autre réponse qui interroge : si le temps passé devant les écrans reste globalement stable, les troubles ressentis sont eux en diminution. Ainsi, chez les 16/24 ans, ils sont 51 % à déclarer avoir ressenti des troubles visuels à cause du temps passé devant un écran, en recul de 8 points. Un chiffre à peut-être mettre en corrélation avec les 39 % des 16/24 ans qui déclarent avoir changé leur comportement devant un écran, en augmentation de 8 points.

56 % des Français déclarent ne pas savoir que la durée de validité d’une ordonnance dépend de l’âge du patient. Ils sont également 61 % à ne pas connaître l’encadrement du premier remboursement, mis en place en avril 2015. Les opticiens ont donc encore beaucoup de travail quant à l’information de leurs clients.

 

Vous pourrez retrouver l’ensemble des résultats de ce Baromètre dans le prochain numéro de L’OL [MAG]. Sachez que pour aller plus loin, l’Asnav a décidé de le compléter par une étude qualitative dont la synthèse est annoncée pour le mois de septembre.