2 / 07 / 2022

La plateforme a réalisé une étude analysant l’impact financier de la réforme 100 % santé sur les complémentaires santé. Zoom sur ses principaux enseignements.

 

Carte Blanche rappelle que les complémentaires santé joueront un rôle dans le succès de la réforme qui, pour rappel, permettra à tous les Français d’accéder à des paniers sans reste à charge en optique, audioprothèse et dentaire. En optique, ces offres 100 % santé (qui entreront en vigueur le 1er janvier 2020) devraient selon l’étude représenter 10 % des ventes d’équipements, et engendrer de fait une hausse des montants pris en charge par les Ocam. « Le désengagement de la Sécurité Sociale sur les soins et équipements, hors panier RAC 0 dans le panier libre, devrait probablement contraindre les complémentaires santé à augmenter le montant de leurs remboursements », analyse Carte Blanche : en supposant que le désengagement de la Sécurité Sociale sur les équipements libres soit pris en charge entièrement par les complémentaires santé, il faut prévoir une hausse du remboursement complémentaire de 70 millions d’euros, estime la plateforme.

 

La réforme représente par ailleurs, d’après Carte Blanche, un danger pour la filière à deux égards : « la limite du prix de vente des montures à 30€ entraînera un accroissement des importations asiatiques et un abaissement de la qualité des produits » et « l’abaissement du plafond de remboursement des montures de 150 à 100€ entraînera un reste à charge nouveau pour les Français, et donc une baisse des ventes des équipements Origine France Garantie. C’est une menace pour les 1 000 emplois de la filière lunetière française (dont 500 situés dans l’Ain et le Jura) », s’inquiète la plateforme.

 

En ce qui concerne l’audioprothèse, Carte Blanche estime que le panier 100 % santé représentera 30 % des ventes d’équipements en 2021. La plateforme prévoit aussi un éventuel effet d’aubaine de renouvellements anticipés dû à la disparition d’une partie de l’entrée de gamme des catalogues des fabricants par la réforme, en évaluant à 30 % le nombre de porteurs de ce type d’équipements. Ainsi, il faut selon elle prévoir, pour l’audiologie, 647 millions de remboursement complémentaire en plus, en se basant sur les caractéristiques de consommation de 2017. Enfin, pour la partie dentaire, le surcoût pour les Ocam devrait s’établir à au moins 266 millions d’euros.