18 / 12 / 2018

Hakino, le lunetier nantais qui mixe le bois et l’acétate, présentera ses nouvelles créations au Silmo (Hall 5 – stand M096). Parmi elles, une collection capsule créée en collaboration avec le designer Patrick Jouin.

 

Hakino a vu le jour en 2010, sous l’impulsion d’un designer et d’un opticien qui voulaient créer « des lunettes artisanales, fabriquées dans le Jura et produites en petite série ». Elles se caractérisent par des faces en bois, associées à des branches en acétate.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Patrick Jouin est une designer qui officie aussi bien aussi bien dans le design industriel que dans les arts décoratifs. Ses réalisations, ainsi que plus globalement celles de son agence, ont fait l’objet d’une exposition au Centre Pompidou en 2009. Sa collection Solid, la première série de meubles échelle 1 réalisée en impression 3D en 2004, est aujourd’hui entrée dans la collection permanente du Moma, à New York. Si vous avez visité Paris, vous avez sans le savoir croisé ses créations puisqu’il a designé entre autres les abribus JCDecaux, les sanisettes publiques à lavage automatique ou encore les bornes des fameux Velib’.

De leur travail sont nés 6 modèles (4 optiques et 2 solaires) pour homme et femme. Si Patrick Jouin a choisi de reprendre les fondamentaux du lunetier (l’association bois/acétate), il n’a pas hésité à repousser plus loin la technique. Le lunetier a dû ainsi mettre « au point un multipli de bois, en lamellé cintré très intéressant à usiner. Ces couches, stratification de la matière créent naturellement un dessin. L’emploi de l’usinage à commande numérique, associé au travail de précision de l’artisan apporte un très grand confort et créé une nouvelle esthétique qui tend à repousser la technique et la finesse de la matière ». On notera tout particulièrement sur les montures optiques l’emploi du lamellé cintré d’une même essence de bois, et sur les solaires, les mariages d’essences entre face extérieure et intérieure.

Créer des lunettes est un jeu d’enfant pour les designers ? Pas si sûr. « C’est pour moi un exercice très délicat, c’est un objet qui vient au contact direct du corps, qui peut changer l’apparence, donner confiance, permettre de se cacher… La dimension psychologique rend l’approche du designer difficile », retient Patrick Jouin de cette expérience.

 

Hakino by Patrick Jouin

Hakino by Patrick Jouin

Hakino by Patrick Jouin

C'est Noël ! Abonnez-vous au prix de 64€ - Ignorer