20 / 10 / 2018

Il aura fallu attendre quasiment deux ans pour que le rapprochement entre Essilor et Luxottica, annoncé en janvier 2017, soit finalisé. Hier, 1 octobre, les deux sociétés ont annoncé la naissance officielle d’EssilorLuxottica, le leader de l’optique ophtalmique et de la lunetterie, qui pèsera plus de 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec une présence mondiale et un effectif de 150 000 collaborateurs.

 

Après la validation des conditions suspensives à la finalisation de la transaction, l’approbation des actionnaires Essilor en mai 2017 et les différents feux verts des autorités de la concurrence à travers le monde, hier l’apport par Delfin, l’actionnaire majoritaire de Luxottica, de sa participation de 62,42 % dans Luxottica à Essilor a marqué le dernier épisode de ce rapprochement. Concrètement, Essilor est devenue la maison-mère de Luxottica et a été renommée EssilorLuxottica. Son capital est détenu à 38,93 % par Delfin, 4,9 % par les employés d’EssilorLuxottica et 56,8 % par le public. Depuis ce matin, les actions EssilorLuxottica sont cotées sur le marché Euronext Paris et font partie des indices CAC 40 et Euro Stoxx 50.

Leonardo Del Vecchio, président exécutif de Luxottica, devient PDG d’EssilorLuxottica. Hubert Sagnières, PDG d’Essilor, devient vice-président directeur général délégué d’EssilorLuxottica et dispose des mêmes pouvoirs. Ils conservent leurs fonctions au sein de leurs entreprises respectives, qui gardent chacune leur conseil d’administration. La première assemblée générale de la nouvelle entité est quant à elle annoncée pour le 29 novembre prochain. Dans la foulée, ont été dévoilés l’identité visuelle et le site Internet d’EssilorLuxottica.

 

Quels changements pour les opticiens français ?

« Il s’agit de la mise en commun de deux entreprises spécialisées dans leur domaine qui unissent leur force pour faire grandir le marché », nous a expliqué Alexandre Montague, DG d’Essilor France. « L’idée est de créer un leader capable de porter de grands messages de prévention et de mettre en œuvre, notamment en R&D, un immense champ des possibles. »

« Nous allons continuer à travailler en toute indépendance, sans modifier nos fondamentaux ni le soutien que nous donnons à nos partenaires. » Si changement il y a, il portera à plus long terme sur les produits qui seront développés par les R&D d’EssilorLuxottica. Quant à la perspective d’éventuelles offres “packagées” évoquée par certains observateurs de la filière, rien n’est encore décidé. « Nous allons étudier si de telles offres ont du sens et, si c’est le cas, nous en parlerons à nos partenaires avant toute mise en œuvre. » (Retrouvez l’intégralité de l’article consacré à Essilor, dans le dernier numéro de L’OL [MAG].