16 / 11 / 2018

La société Altares a récemment présenté son étude trimestrielle sur les défaillances et sauvegardes d’entreprises pour le troisième trimestre 2018. Alors que tous secteurs confondus, les défaillances d’entreprises ont enflé de nouveau cet été, notre secteur tire son épingle du jeu.

 

« Après huit trimestres consécutifs de baisse, la sinistralité des entreprises remonte cet été. Tombée pour la première fois depuis dix ans sous le seuil de 11 000 défaillances au cours du 3e trimestre 2017, elle repasse au-dessus de 11 500 sur le 3e trimestre 2018. En tendance, cela représente une hausse de 6,8 % qu’il convient de modérer du fait d’un jugement très exceptionnel d’extension de procédure de redressement judiciaire prononcé en août par le Tribunal Mixte de Commerce de Saint-Denis de la Réunion sur plus de 300 SNC filiales sans revenu de la société GESDOM. Corrigée de cette décision technique, l’évolution demeure défavorable et tombe sous les 4 %. Sur le seul territoire métropolitain, le nombre des défaillances d’entreprises augmente de 3,3 % » explique Thierry Millon, directeur des études Altares.

Au troisième trimestre 2018, sur les 11 563 défaillances d’entreprises, 212 font l’objet d’une procédure de sauvegarde, 3 563 d’un redressement judiciaire et 7 788 d’une liquidation judiciaire directe.

 

Concernant spécifiquement les magasins d’optique, le troisième trimestre a enregistré un net recul des défaillances avec 14 cas (contre 29 défaillances d’entreprises enregistrées sur la même période en 2017). Dans le détail, il s’agit de 10 liquidations judiciaires, 3 redressements judiciaires et une procédure de sauvegarde. On constate donc un réel ralentissement des défaillances après les deux premiers trimestres 2018 qui affichaient respectivement des scores de 42 et 43.

Sur l’année 2017, 119 défaillances de magasins d’optique ont été prononcées. Sur les trois premiers trimestres 2018, le nombre est pour l’heure de 99, dans l’attente des résultats du quatrième trimestre.