15 / 12 / 2018

Interpellé par un sénateur sur la hausse prévisible des cotisations des organismes complémentaires qu’engendrera la mise en place du RAC 0 dans les secteurs optique, audio et dentaire, Edouard Philippe a récemment assuré qu’il n’en serait rien.

 

Faisant référence à l’étude publiée par Santiane sur les conséquences de la réforme du reste à charge zéro, le sénateur François Patriat (Côte-d’Or – LaREM) a rappelé au Premier ministre qu’un organisme avait annoncé « que la mise en place du reste à charge zéro se traduirait inévitablement par une hausse des cotisations aux mutuelles de 6 % à 9 %, qui toucherait particulièrement les titulaires des revenus les plus faibles ». Pour Edouard Philippe, cette analyse serait biaisée : « Le métier de courtier en assurances est parfaitement respectable, mais je ne peux totalement exclure que, en l’espèce, le producteur de cette étude soit quelque peu intéressé, ou plutôt désintéressé, à la réussite de cette réforme… », a-t-il répondu. Il a rappelé que la mise en place du RAC 0 en optique, audio et dentaire était « un véritable progrès », que « les trois quarts du coût de cette réforme seront pris en charge par l’assurance maladie et le quart restant par les mutuelles » et que ces dernières se sont engagées à ne pas répercuter ce coût sur leurs cotisations. « Je n’ai a priori aucune raison de douter de leur parole : les mutuelles sont soucieuses de rendre à nos concitoyens un service de qualité au meilleur coût. Tel est, conformément à l’objectif fixé par le Président de la République, l’engagement pris auprès de la ministre par l’ensemble des acteurs », a-t-il promis, en ajoutant que le gouvernement était déterminé à faire de cette réforme un succès.

 

C'est Noël ! Abonnez-vous au prix de 64€ - Ignorer