20 / 05 / 2019

Le 6 décembre, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture la proposition de loi visant à améliorer la santé visuelle des personnes âgées en perte d’autonomie, qui vise à étendre les prérogatives des opticiens.

 

Le texte voté par les députés prévoit que les directeurs des ARS (Agences régionales de santé) peuvent autoriser, à titre expérimental, les opticiens-lunetiers à réaliser des réfractions au sein des Ehpad dans le cadre d’un renouvellement d’équipement. A l’issue de cette réfraction, ils pourraient adapter, sauf opposition du médecin, les prescriptions médicales initiales de verres correcteurs en cours de validité et les corrections optiques des prescriptions médicales initiales de lentilles de contact. Comme pour les autres types de renouvellements faits en magasin, l’opticien devra informer la personne appareillée que la réfraction pratiquée ne constitue par un examen médical.

 

Les régions participant à l’expérimentation seront définies par un arrêté du ministère de la Santé et leur nombre sera limité à quatre. Un décret fixera les conditions de délivrance de l’autorisation aux opticiens dans les régions retenues, ainsi que les conditions de réalisation de l’examen de la réfraction. Un rapport d’évaluation établi par le gouvernement sera établi dans les quatre mois précédant la fin de l’expérimentation et transmis au Parlement. Cette proposition de loi doit encore être adoptée par le Sénat. En cas d’adoption définitive, la mesure entrera en vigueur à une date fixée par le ministère de la Santé et le sera jusqu’au 31 décembre de la troisième année suivant cette date.

 

Notons que l’enseigne Optic 2ooo a immédiatement salué le vote de ce texte par l’Assemblée. « Aujourd’hui, seuls 33 % des Ehpad réalisent un repérage systématique faute de personnel formé et disponible. Ce sont ainsi près de 40 % des plus de 78 ans qui sont non ou mal corrigés. Ces chiffres sont préoccupants car une acuité visuelle mal corrigée peut engendrer une perte d’autonomie, un isolement mais également un accroissement du risque de chutes. En fluidifiant le parcours de soin, les personnes âgées dépendantes bénéficieront, dans de meilleurs délais et conditions, de lunettes adaptées », a-t-elle commenté, en rappelant que les opticiens de son réseau interviennent régulièrement dans les Ehpad, notamment à la demande des familles. L’enseigne a également développé un programme spécifique de sensibilisation aux troubles visuels pour les équipes soignantes en établissement.