21 / 09 / 2019

Pour faire face à l’arrivée annoncée du géant EssilorLuxottica et au phénomène des groupes de luxe qui reprennent la main sur leurs collections de lunettes, Safilo a dévoilé le 23 janvier, les grandes lignes de sa nouvelle stratégie pour 2019 pour devenir une « alternative indépendante qui accompagne les opticiens sur le terrain ».

 

Depuis le 1er avril 2018, Angelo Trocchia a pris la tête de Safilo, « une belle société au fort potentiel », à laquelle il souhaite faire franchir un nouveau cap. Après l’augmentation de capital intervenue en décembre dernier, « Safilo possède aujourd’hui tous les moyens financiers pour de nouveaux investissements », assure le nouveau PDG. Le lunetier a également renouvelé bon nombre de ses licences et a récemment signé avec Missoni et Levi’s. L’organisation commerciale a été revue avec des changements sur les différentes zones géographiques pour mettre à leur tête « des collaborateurs qui connaissent parfaitement les spécificités de leur marché sur le terrain ». Les décisions ne sont aujourd’hui plus prises au niveau mondial, mais sur chaque marché en fonction de ses particularités. Sur ses marques propres, Safilo vient également de recruter une spécialiste du marketing et un autre collaborateur pour « digitaliser l’entreprise », au niveau de la communication, comme de l’e-commerce. Dans ses usines, notamment à Longarone, Safilo développe actuellement de nouvelles technologies, pour proposer en particulier des montures en métal made in Italie.

 

Plus spécifiquement en France où Safilo a été pénalisé par une sous-performance sur les ventes de solaires en 2018 et les interrogations des opticiens face au RAC 0, l’entreprise a mis en place une série de dispositions pour les accompagner. Safilo va ainsi fortement investir sur le solaire (plan et correcteur), au niveau des collections, mais aussi des solutions d’agencement et d’outils digitaux. Pour faire face aux nouveaux acteurs, le lunetier va davantage travailler directement avec des enseignes et groupements pour proposer des offres compétitives sur des packs montures et verres.

« Notre but est d’accompagner les opticiens pour apprendre à vendre du reste à charge. Les formations que nous proposons, comme notre service d’audit, répondent à une vraie demande, et pas seulement chez les indépendants. Dans le même temps, nous allons proposer des produits qui rentreront dans les nouveaux paniers de remboursements fixés à 100 euros (Fossil, Pierre Cardin, Max & Co…), voire des produits qui entreront dans le RAC 0, notamment chez Polaroid », explique Carole Binet, country manager France et Benelux de Safilo.

« Pour faire face à ces années charnières, nous voulons être agile, rapide et intelligent en accompagnant les opticiens. Pour cela nous proposons des préconisations d’assortiments, avons revu nos conditions commerciales, proposons 4 ans de garantie au lieu de 2. Nous mettons également à leur disposition des pièces détachées sur d’anciennes montures, même sur celles sorties de collection. Nous nous sommes adaptés aux besoins des opticiens qui travaillent en stock tendu avec des réassorts constants. Nous avons d’ailleurs fait de gros investissements pour offrir le franco de port dès la première pièce. »

Au niveau des collections, Safilo va prioriser sur le marché français les marques Dior, Marc Jacobs, Carrera, celles du groupe Boss, Polaroid, Tommy Hilfiger, Pierre Cardin, Jimmy Choo et Givenchy pour répondre à tous les types de clientèles et de segments prix.

« C’est une vraie rupture de ne plus penser de manière globale, mais en fonction du marché de chaque pays. Notre but est bien sûr de continuer à nous développer, mais surtout d’être aux côtés de nos partenaires opticiens pour que les produits sortent des magasins », insiste Carole Binet.